Le gène FoxO3 est la nouvelle référence scientifique de la longévité. Il s’agit du facteur de transcription forkhead box O-3 (FoxO3) qui est l’un des polymorphismes génétiques. Pour connaître l’influence de ce gène sur la durée de vie humaine, nous allons aborder ses multiples actions sur la santé, notamment sur le vieillissement.

Qu’est-ce que le FoxO3 ?

Le FoxO3 est une protéine de la famille des FOX qui a un rôle majeur dans la transcription. Il est situé sur le chromosome 6 humain et activé par la sirtuine. Il inhibe les lymphocytes et diminue les réponses inflammatoires. Le FoxO3 est également inhibiteur de la différence entre les lymphocytes T en interagissant la protéine kinase C.

Il existe plusieurs voies intracellulaires clés qui sont ciblées par les facteurs de transcription FOXO. Ce sont des régulateurs qui traduisent ainsi les stimuli environnementaux provenant des facteurs de connaissance, de l’insuline et du stress oxydatif. 

La mission du gène FoxO3 dans la longévité est l’augmentation des gènes ciblés dans la lutte contre le stress, dans le métabolisme, mais aussi ceux impliqués dans l’arrêt du cycle cellulaire. Son contrôle permet ainsi de prévenir le vieillissement et toutes les maladies liées à l’âge, comme le diabète, les maladies neurodégénératives et cardiovasculaires. 

FoxO3 est un gène majeur pour la longévité humaine

Grâce à ses actions et sa position stratégiques, le gène FoxO3 a un rôle prépondérant pour la longévité. Les études menées par des chercheurs du Kuakini Medical Center à Honolulu sur le gène FoxO3 humain et l’ADN flanquant dans une cohorte d’hommes américains d’origine japonaise ont d’ailleurs montré cette corrélation. Il en va de même pour 11 autres études indépendantes de populations d’ascendance diverse dans plusieurs pays différents qui confirment cette découverte. 

L’héritage génétique représente selon les études un tiers de la variabilité de la longévité humaine. Le gène FoxO3 est l’un des deux gènes qui ont été répertoriés dans les populations d’un âge très avancé. Ainsi, il est représentatif de la longévité d’une personne. Les sujets observés meurent plus vieux, mais aussi en meilleure santé. 

Le FoxO3 a plusieurs actions spécifiques pour affecter la santé et la longévité :

Régulation de l’insuline et du glucose

Les organes responsables du contrôle du glucose, à savoir le foie, le pancréas, les tissus adipeux et le muscle squelettique, présentent un fort taux d’activité de FoxO3. On retrouve également ce dernier dans le cerveau, le cœur, les reins et la rate. Ainsi, lorsque ce gène est stimulé de manière optimale, l’organisme a une meilleure régulation du taux d’insuline et de glucose. Cela permet ainsi de prolonger la durée et surtout la qualité de vie.

Optimisation du système immunitaire

Le gène FoxO3 contribue grandement à la régulation du système immunitaire. En effet, avec l’âge celui-ci se détériore et entraîne un risque plus élevé d’infections pouvant conduit à un décès. Le FoxO3 induit la synthèse de peptides antimicrobiens dans les reins, les poumons et les intestins humains qui sont ainsi mieux aptes à combattre les infections. Il contrôle également la production de cytokines, supprime la prolifération des lymphocytes T et réduit la prolifération des cellules lymphatiques. Tout cela permet ainsi de réduire les inflammations, une des principales causes de décès chez les personnes âgées.

Amélioration de l’autophagie

Le FoxO3 permet également de stabiliser les protéines pour sous-tendre à la longévité. Les protéines endommagées sont mieux éliminées. De plus, il permet d’optimiser l’autophagie qui est le recyclage des cellules indésirables ou endommagées. La dégénérescence musculaire et squelettique et moins importante. Le FoxO3 pourrait donc contrer l’agrégation de protéines toxiques observée dans les maladies neurodégénératives qui raccourcissent la durée de vie.

Prévention des maladies cardiovasculaires

Le FoxO3 protège le cœur et les vaisseaux sanguins en augmentant les cellules musculaires lisses. Cela prévient la perte de densité microvasculaire et la plasticité qui sont des caractéristiques majeures du vieillissement. Il contribue également à l’initiation des cytokines qui peuvent entraîner une infection des cellules endothéliales vasculaires. Certaines études ont également montré que le FoxO3 joue un rôle à la fois positif et négatif dans la cardiomyopathie liée à l’autophagie, comme l’hypertrophie ischémique et cardiaque.

Prévention contre le cancer

Le gène FoxO3 supprime également la croissance tumorale. D’ailleurs, les médicaments anticancéreux régulent à la hausse FoxO3. Dans ce cadre, il a pour rôle de baisser le stimulateur de la prolifération et de la survie des cellules tumorales. C’est aussi un puissant antioxydant qui permet de remédier aux cellules tumorales résistantes aux médicaments.

Comment optimiser les gènes FOXO3 pour la longévité ?

La restriction calorique

Une des méthodes les plus efficaces pour activer les sirtuines et ainsi optimiser les gènes FOXOS, surtout le FOXO3, est la restriction calorique. En effet, c’est un mécanisme qui permet une autophagie améliorée ainsi qu’un meilleur traitement des acides aminés et d’autres processus propices à un vieillissement sain.

Au contraire, l’excès de calories, surtout de glucides, entraine une augmentation du NADH / NAD + et conduit à une mauvaise autophagie. Les maladies lymphatiques et coronariennes sont alors plus fréquentes, conduisant à un vieillissement prématuré.

Le thé vert

Les composés phytochimiques et les polyphénols ont également une incidence positive sur le FOXO3. Un des traitements les plus efficaces consiste à boire du thé vert. Plusieurs études ont montré que cette boisson réduit l’apparition des inflammations et conduit à un stress oxydatif dans le sérum, le foie et les reins pour les protéger.  D’ailleurs, une étude plus récente a montré que la consommation de thé induit un risque moins élevé de handicap cognitif chez les personnes âgées. 

Le curcuma

La curcumine, le pigment principal du curcuma, aussi appelé « safran des Indes », permet également d’augmenter l’activité de FoxO3. Sa consommation permet ainsi de se protéger contre les dommages induits par les oxydants et les lipides dans les cellules inflammatoires du système vasculaire. Les personnes sont ainsi moins enclines à contracter des maladies cardiovasculaires liées à l’âge.

Le resvératrol

Le resvératrol, un polyphénol présent dans certains fruits (les raisins, les mûres ou les cacahuètes) permet également de retarder le vieillissement via ses actions sur le FOXO3. Il en va de même pour les composés activateurs de la sirtuine qui diminuent les risques de maladies liées à l’âge et augmentent la durée de vie.

L’astaxanthine

L’astaxanthine permet également de stimuler les effets du FOXO3 sur la longévité et d’améliorer la santé, tout en augmentant la durée de vie. C’est un pigment rouge vif que l’on retrouve généralement dans les crustacés, les poissons (principalement sauvages) ainsi que dans les animaux et végétaux présentant une coloration rouge. Le fait de manger du saumon, du homard ou de la crevette dans votre alimentation peut en apporter. 

Sources et références : 

Mouchiroud L, Houtkooper RH, Moullan N et al. The NAD(+)/sirtuin pathway modulates longevity through activation of mitochondrial UPR and FOXO signaling [archive], Cell, 2013;154:430–441

Lin L, Hron JD, Peng SL, Regulation of NF-kappaB, Th activation, and autoinflammation by the forkhead transcription factor FoxO3a [archive], Immunity, 2004;21:203–213

Ma J, Ding Y, Fang X, Wang R, Sun Z, Protein kinase C-theta inhibits inducible regulatory T cell differentiation via an AKT-Foxo1/3a-dependent pathway [archive], J Immunol, 2012;188:5337–5347

https://www.karger.com/Article/Fulltext/375235

https://www.genecards.org/cgi-bin/carddisp.pl?gene=FOXO3

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5403515/

https://www.science-et-vie.com/corps-et-sante/pourrait-on-vivre-plus-vieux-en-manipulant-nos-genes-8050

https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2012/03/medsci2012283p316/medsci2012283p316.html

https://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/5308/MS_2004_10_856.pdf?sequence=2&isAllowed=y