La niacine ou NIcotinic ACid vitamIN

La niacine01
20 décembre 2020
-

La niacine est une molécule hydrosoluble de la vitamine B3. Comme toutes les vitamines du groupe B, la vitamine B3, et donc la niacine, est essentielle pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme. Un déficit peut donc être fatal. Zoom sur son histoire, ses qualités et les éventuels effets indésirables.

Niacine : historique

À la suite de ses travaux sur la nicotine du tabac, Hugo Weidel a pu effectuer, en 1873, la première description de la molécule de niacine. Il a ainsi été établi que cette dernière s’obtient suite à l’oxydation de la nicotine par de l’acide nitrique.

Par la suite, vers les années 1937, l’Américain Conrad Elvehjem, biochimiste de profession, a pu l’extraire de la viande, plus précisément du foie. Dans la même foulée, il a également découvert l’importance de cette vitamine dans la prévention de la pellagre, d’où son autre appellation de vitamine PP ou Pellagra Preventive.

À titre d’information, la pellagre est une maladie contractée suite à une carence en vitamines B3. Elle se manifeste par des affections dermatologiques nommées dermatoses, des violentes diarrhées ainsi que par la démence. D’autres symptômes comme la fatigue, les maux de tête, les troubles d’humeur, l’hypersensibilité de la peau et les vertiges peuvent également apparaître. En cas d’absence de prise en charge rapide, elle conduit à la mort.

Niacine : sources et alimentation

La niacine

La niacine est présente dans de nombreux aliments. De ce fait, un régime alimentaire sain et équilibré permet de couvrir les besoins journaliers de l’organisme en vitamine B3. Il est possible de retrouver la niacine dans les aliments listés ci-dessous : 

  • Protéines animales : blanc de poulet, thon, saumon, dinde, porc, foie (bœuf, veau ou agneau), chair de canard, lapin, œuf 

  • Protéines et lipides d’origine végétale : arachides, noix, cacahuètes, haricots rouges

  • Fruits secs

  • Fruits et légumes : avocat, tomate, carotte, brocoli, dattes, patate douce

  • Levure de bière

  • Céréales complètes

Ces aliments sont de véritables sources de tryptophane. Il s’agit d’un acide aminé essentiel nécessaire à la synthèse de niacine par l’organisme.

Il convient de noter que si la synthèse est facile pour l’organisme grâce à une alimentation équilibrée, il n’est pas en mesure de stocker de la niacine en grande quantité. Cela est principalement dû au caractère hydrosoluble de la molécule, ce qui la rend facile à éliminer par les urines et la sueur. Dans ce cas-là, un apport supplémentaire sous forme de complément alimentaire est donc nécessaire.

Niacine : bienfaits santé

La niacine03

Production d’énergie

La niacine contribue au bon fonctionnement de l’organisme. En effet, elle convertit les aliments ingérés en énergie que le corps va ensuite utiliser pour assurer les fonctions basiques. De cette manière, cette molécule contribue ainsi à prévenir la fatigue tant physique que psychique, car oui, elle agit également sur le système nerveux central. Elle régule, entre autres, la sécrétion d’hormones, ce qui aide à combattre le stress, l’anxiété et la dépression.

Amélioration de la santé de la peau

Un des symptômes de la pellagre est les affections cutanées. Ces affections se caractérisent généralement par des formes graves de dermatites et des inflammations au niveau des muqueuses. De ce fait, un apport suffisant en niacine permet d’avoir une peau saine et des muqueuses en bonne santé.

Réparation de l’ADN cellulaire

La niacine est un élément précurseur de NAD ou nicotinamide adénine dinucléotide. Ce dernier s’avère être important dans le métabolisme et les réactions intracellulaires.

En 2017, plusieurs scientifiques publient un rapport d’étude de titre : « Une poche de liaison NAD + conservée qui régule les interactions protéine-protéine au cours du vieillissement ». Selon ce rapport, le NAD participe à la réparation de l’ADN en cas d’endommagement.

Amélioration de la santé cardiovasculaire

Il s’agit sans doute de l’avantage le plus apprécié de la niacine. D’ailleurs, de nombreuses recherches scientifiques permettent de l’attester.

En premier lieu, la niacine exerce un effet hypocholestérolémiant. En d’autres termes, elle a le pouvoir de diminuer le taux du cholestérol LDL et le taux de triglycérides dans le sang. En parallèle, elle peut augmenter le taux de cholestérol HDL de 30 à 35 %.

En second lieu, elle stimule la production d’hémoglobine sanguine. Ainsi, la combinaison de ces actions permet de :

  • Fluidifier la circulation sanguine en empêchant la formation de caillots dans les artères

  • Baisser le taux de triglycérides et du cholestérol LDL

  • Diminuer les risques d’attaque cardiaque et d’AVC

Enfin, selon les informations de l’article intitulé « Effets bénéfiques du colestipol-niacine sur l’athérosclérose coronarienne : un suivi de 4 ans », la niacine est capable de freiner l’évolution de l’athérosclérose.

La niacine04

Niacine : précautions d’usage et contre-indications

Bien qu’il s’agisse d’un élément essentiel à l’organisme, la prise de la niacine doit obligatoirement faire l’objet d’une prescription auprès d’un professionnel de santé : médecin, pharmacien ou diététicien. L’automédication est donc à éviter afin de prévenir les effets secondaires.

Le plus important des effets indésirables est le risque de contracter un diabète. Selon l’étude se portant sur « La thérapie par la niacine et le risque de diabète d’apparition nouvelle : une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés », la niacine augmente la résistance à l’insuline et le taux de glycémie. À cet effet, un diagnostic médical est nécessaire avant toute prise.

En outre, il est nécessaire de respecter les doses prescrites. En effet, un surdosage peut conduire à des problèmes au niveau du foie, une dilatation des parois vasculaires, des problèmes gastriques, des céphalées et des bouffées de chaleur. Une tendance à l’obésité et au surpoids est également à craindre.

Concernant les contre-indications, la niacine est déconseillée aux diabétiques, aux alcooliques ainsi qu’aux personnes souffrant d’ulcère et de troubles des fonctions hépatiques.

Enfin, l’association avec des médicaments hypocholestérolémiants, anticonvulsifs et des antibiotiques contre la tuberculose est à proscrire.

Sources et références :

https://ods.od.nih.gov/factsheets/Niacin-HealthProfessional/

https://pubchem.ncbi.nlm.nih.gov/compound/Nicotinic-acid

https://www.healthline.com/nutrition/niacin-benefits


Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !

Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !