Le point sur l’évolution de la maladie de Parkinson

maladie de Parkinson
14 novembre 2020
-

Parmi les maladies touchant les seniors, la maladie de Parkinson est l’une des plus fréquentes. Catégorisée dans ce que l’on appelle maladie de vieillesse, cette maladie est chronique et évolutive. Les personnes âgées atteintes de cette maladie souffrent surtout de symptômes moteurs. Et au fil du temps, ces symptômes évoluent et peuvent impacter le quotidien du malade. A cet effet, cet article vous aide à faire la lumière sur l’évolution de la maladie de Parkinson.

Maladie de Parkinson : définition

maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une affection dégénérative, chronique et évolutive. Avant 45 ans, cette maladie est assez rare. Elle apparaît généralement entre 50 et 70 ans. Chez les plus de 65 ans, sa prévalence est de 1 % et elle touche autant les hommes que les femmes. A l’origine de cette maladie il y a la dégénérescence des neurones dopaminergiques. Il s’agit de ces neurones qui se situent dans la substance noire du cerveau. Ceux-ci ont pour rôle de produire de la dopamine, une substance jouant le rôle de neurotransmettrices au niveau du système nerveux. La dopamine agit surtout sur les neurones contrôlant les mouvements du corps. Le déficit de dopamine lors d’une maladie de Parkinson provoque alors les troubles de mouvements qui sont très caractéristiques de cette maladie.

Causes et facteurs de risque de la maladie

Jusqu’à ce jour, les causes de la maladie de Parkinson sont encore inconnues. Dans de très rares cas, cette maladie peut être héréditaire et atteindre des patients très jeunes. Quoi qu’il en soit, les scientifiques ont pu déterminer que le développement de la maladie serait lié à une dizaine de gènes qui mutent.

En ce qui concerne les facteurs de risque, les scientifiques ne sont pas encore certains de leurs effets sur la maladie. Ainsi, le doute persiste par rapport aux rôles tenus par les facteurs suivants dans la survenue de la maladie de Parkinson :

  • L’exposition à divers métaux comme le plomb, le cuivre, le fer, le cobalt ou encore le manganèse ou le mercure ;

  • L’âge ;
  • Les solvants organiques ;

  • Les traumatismes crâniens ;

  • Une alimentation pauvre en antioxydants ;

  • Le diabète ;

  • Des infections virales comme les oreillons, la rubéole, la varicelle ou la rougeole.

Par ailleurs, le stress et la dépression peuvent également constituer un facteur de risque pour le développement de la maladie de Parkinson.

La triade parkinsonienne

Cette maladie dégénérative se caractérise par trois symptômes bien distincts que l’on appelle triade parkinsonienne.

L’akinésie

maladie de Parkinson

Ce signe se caractérise par le ralentissement des mouvements du patient. Cette lenteur touche surtout la marche. Dans certains cas, le patient a du mal à décoller ses pieds du sol et on a l’impression qu’il piétine sur place. Aussi, l’akinésie se caractérise par les bras qui ne se balancent plus et le cou raide. Par ailleurs, elle touche aussi le visage et les traits du patient restent figés.

L’hypertonie

L’hypertonie correspond à la rigidité musculaire et à une raideur de l’axe et des membres. Cette rigidité fait que les membres du patient restent fixés dans la position qu’on leur impose. Autrement dit, le geste n’est plus fluide. Ce trouble est causé par un excès de tonus au niveau des muscles.

Les tremblements durant le repos

Chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, les tremblements sont les premiers signes que les proches constatent. Ces tremblements sont réguliers et se manifestent surtout au repos. Lorsque le patient effectue des mouvements, les tremblements disparaissent. Dans la majorité des cas, ces tremblements touchent les mains. Toutefois, il peut aussi arriver qu’ils touchent les lèvres ou le menton du patient.

Quels impacts sur l’espérance de vie ?

Grâce aux avancées majeures dans le domaine des thérapies médicamenteuses, la maladie de Parkinson n’a plus beaucoup d’incidence sur l’espérance de vie des malades. Quoi qu’il en soit, la mortalité est plus élevée chez les patients plus jeunes que chez les seniors. Pour les patients dont le diagnostic a été établi entre 55 à 65 ans, l’espérance de vie varie entre 13 et 14 ans.

maladie de Parkinson

Les phases d’évolution de la maladie de Parkinson

Comme certaines des maladies touchant les seniors, cette maladie est évolutive. Ses symptômes s’accentuent alors avec le temps.  L’évolution de la maladie de Parkinson se fait selon plusieurs stades. Ces derniers indiquent la sévérité de l’atteinte.

  • Stade 1 : à ce stade, la pathologie n’affecte pas la qualité de vie du malade. Cependant, les premiers signes unilatéraux sont déjà présents.

  • Stade 2 : ce stade correspond, en plus des signes unilatéraux, à la survenue d’une gêne lors de certains mouvements et actions du quotidien.

  • Stade 3 : le troisième stade de la maladie de Parkinson correspond au fait que tous les signes de la pathologie deviennent tous bilatéraux. Mais malgré que la posture du patient soit modifiée, il conserve toujours son autonomie. A ce stade de la maladie, aucun handicap grave n’est constaté.

  • Stade 4 : à partir de ce quatrième stade, le patient est sujet à un handicap sévère. Ainsi, la maladie affecte son autonomie en la limitant même s’il peut encore marcher.

Stade 5 : il s’agit du stade le plus avancé de la maladie de Parkinson. A ce stade de la maladie, le patient perd complètement son autonomie et ne peut plus marcher. Pour se déplacer, il doit utiliser un fauteuil roulant.


Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !

Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !