Le tour de taille, plus important que l’obésité pour la longévité

tour de taille
30 septembre 2020
-

Plusieurs études ont permis de déterminer que le tour de taille est plus important pour la longévité que l’obésité. Les risques cardiovasculaires sont d’autant plus élevés chez celles présentant une obésité abdominale que celles qui ont un IMC supérieur. Pour cela, la répartition des graisses y joue un très grand rôle. Un suivi régulier du tour de taille permet une bonne évaluation de l’état de santé d’une personne.

Qu’est-ce que la graisse abdominale ?

La graisse abdominale ou graisse viscérale se situe, non pas sous la peau mais dans le système viscéral. Elle entoure les organes vitaux et forme les tours de taille. La répartition des graisses viscérales est différente chez les hommes et chez les femmes. Une condition normale de santé veut que la graisse abdominale représente 20% de la masse grasse totale des hommes. Quant aux femmes, elle doit représenter 10% de la grasse totale. La présence de graisse viscérale n’est pas en soi dangereuse. C’est son excès qui provoque des complications pour les artères et le cœur.

Les graisses abdominales et l’obésité

L’obésité se caractérise par un excès d’embonpoint ayant un impact défavorable sur la santé des individus. Elle les expose à plusieurs risques de santé comme les maladies cardiovasculaires et le diabète. C’est pour cette raison qu’on l’associe à une possibilité de mort prématurée. Mais cette définition ne prend pas en compte de nombreux facteurs dont la répartition du tissu adipeux. Celle-ci peut différencier d’une personne à une autre et fait tout le danger de l’excès de poids. De nombreuses études ont montré que l’obésité abdominale est le plus associée à un risque accru de maladie. La graisse abdominale constitue un facteur de risque supplémentaire pour les complications liées à l’obésité. Elle multiplie par deux le risque d’être victime d’un arrêt cardiaque.

L’importance de la répartition des graisses

Le risque cardiovasculaire est faible lorsque la graisse est de répartition gynoïde. C’est le cas notamment quand elle se situe essentiellement dans les hanches et les cuisses. C’est la fameuse silhouette en poire que l’on retrouve surtout chez les femmes. Si les hormones féminines favorisent le stockage dans ces zones, celles des hommes l’accumulent au niveau de l’abdomen. Le problème est que le tissu adipeux abdominal diffère beaucoup des autres tissus ailleurs dans l’organisme. Il secrète des substances qui sont à l’origine de troubles lipidiques et glucidiques. Un excès de masse grasse au niveau du ventre peut traduire la présence d’anomalies et provoquer des maladies sur le long terme.

L’insuffisance de l’Indice de Masse Corporelle

L’Indice de masse corporelle ne permet pas d’établir si l’on souffre d’obésité abdominale. Cet outil n’établit que le rapport entre le poids et la taille, il néglige la localisation de graisses. Un moyen simple d’évaluer la quantité de tissu adipeux abdominal est de mesurer le paramètre abdominal ou le tour de taille. Mais là encore, la mesure peut être imprécise. Le tissu peut se localiser sous la peau (sous-cutanée) et non dans la cavité abdominale. La graisse sous-cutanée est certes inesthétique mais présente beaucoup moins de risques. La vérification du diagnostic nécessite donc la mesure de la pression artérielle et un bilan lipidique complet. L’obésité abdominale se distingue surtout par la glycémie et des triglycérides élevés.

Pourquoi le tour de taille est-il associé à un risque accru de maladie ?

En effet, l’obésité abdominale s’associe avec une accumulation de graisses stockées autour d’organes internes. Il s’agit notamment du foie, du pancréas, et de l’intestin. Cette graisse est plus dangereuse que celle qui se situe sous la peau. Elle a de forte chance de conduire à une résistance à l’insuline. Les personnes obèses ou en surpoids peuvent avoir de la graisse sous-cutanée. Elles se situent par exemple sur les hanches ou les jambes et peuvent présenter certains bénéfices. En effet, les graisses situées dans ces endroits améliorent la sensibilité à l’insuline. Elles sont donc liées à moins d’inflammation et par conséquent, une diminution du risque de diabète.

Les principaux dangers de l’obésité abdominale

L’obésité abdominale provoque une augmentation de la production de mauvais cholestérol. Elle est principalement associée à :

  • Une augmentation de la pression artérielle ;
  • Une glycémie élevée ;
  • Un excès de triglycérides ;
  • Une résistance à l’insuline ;
  • Une élévation des taux de lipides sanguins.

À la longue, cela risque d’entraîner l’apparition d’un diabète de type 2 si elle n’est pas prise en charge. Des maladies cardiovasculaires, en particulier les maladies coronaires telles que l’infarctus peuvent apparaître. Peuvent apparaître ensuite les maladies du foie gras qui se caractérisent par l’accumulation de graisse à l’intérieur du foie. Ces maladies peuvent évoluer vers la cirrhose et le cancer de foie. Enfin, il y a les apnées du sommeil et les ovaires polykystiques. Elles concernent davantage les gens avec un excès de graisse abdominale et sont la première cause d’infertilité.

Comment la graisse devient-elle nocive au corps ?

La graisse viscérale déverse des acides gras dans le sang. Ces acides présentent des effets toxiques au niveau des organes qui participent à la fabrication et à l’utilisation de sucre. En plus, elle fabrique des substances que l’on appelle « adipokines ». En excès, ces substances deviennent toxiques et peuvent conduire au syndrome métabolique.

Les graisses abdominales et les risques cardiaques

Une étude suédoise de janvier 2020 a pu établir le lien entre le tour de taille et les crises cardiaques répétées. Les auteurs savent déjà que les personnes ayant plus de graisses au niveau du ventre augmentent le risque d’une première crise cardiaque. Cependant, l’étude visait à déterminer si le tour de taille influençait les accidents cardiovasculaires et l’infarctus. La plupart des patients sujets à l’étude, hommes ou femmes présentaient alors une obésité abdominale. Ils présentaient un tour de taille supérieur à 94 cm pour les hommes et à 80 cm pour les femmes. La principale auteure de la recherche a expliqué que le risque cardiaque est associé aux conditions qui accélèrent l’obstruction des artères par l’athérosclérose.

Résultat de l’étude

La période de suivi a duré 3.8 années. Durant cela, près de 1700 des patients ont eu un accident cardiovasculaire. D’après les chercheurs, l’obésité abdominale était associée aux nouvelles crises cardiaques et aux AVC. La relation entre tour de taille et accidents vasculaires cérébraux était plus forte chez les hommes que chez les femmes. L’explication est que chez les femmes une partie de la graisse abdominale est sous-cutanée. Cela est moins néfaste que les graisses viscérales qui entourent les organes.

Les facteurs de risque des graisses abdominales

Les personnes à risque d’avoir de la graisse abdominale sont :

  • Les personnes sédentaires ;
  • Les femmes en ménopause ;
  • Celles qui ont un terrain génétique ;
  • Les fumeurs et alcooliques ;
  • Les personnes qui dorment peuvent et sont stressées.

L’âge ne favorise pas la graisse viscérale mais les évolutions hormonales qui y surviennent oui. C’est le cas de la ménopause qui favorise l’accumulation de graisse au niveau de l’abdomen.

Qu’en est-il des personnes avec un poids normal et une graisse abdominale

La question se pose de savoir si les risques de maladies sont les même que chez les personnes avec un IMC normal. Une autre étude a tenté de répondre à cette question et a abouti à la conclusion suivante. Le risque de décès est plus élevé chez les personnes de poids normal avec un ventre que les personnes en surpoids. La localisation des graisses y joue toujours un rôle très important. Avoir un tour de taille inférieur à la norme ne veut pas non plus dire que vous n’êtes pas à risque. La santé, les antécédents médicaux et familiaux peuvent influencer le risque. Ainsi, un poids considéré comme normal ne préserve pas forcément des problèmes cardiaques ou de diabète. Les personnes qui présentent une obésité abdominale devraient modifier leurs habitudes pour réduire leur tour de taille.

La mesure du tour de taille, un indicateur de l’état de santé

Le tour de taille est l’indicateur le plus fiable sur les risques de surpoids. Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs ont analysé les dossiers médicaux de plus de 300.000 adultes. Les tours de taille sont importantes car ils indiquent la quantité de graisse abdominale liée à un taux élevé de cholestérol. Dr Margaret Ashwell, principal auteure des recherches estime que le rapport tour de taille-hauteur est un indicateur plus fiable que l’IMC. 

Comment calculer correctement notre tour de taille ?

Plusieurs chercheurs recommandent fortement de mesurer les tours de taille en plus de l’IMC pour gérer santé et longévité des patients. L’intérêt est qu’il est l’indicateur le plus précis de la graisse viscérale, située autour de plusieurs organes. Les chercheurs précisent que les mesures doivent s’obtenir au niveau de la crête iliaque ou au milieu. Le suivi du tour de taille permet de mesurer les améliorations qui sont possibles à l’aide d’exercice et de régime alimentaire. Selon des chercheurs britanniques, la clé de la longévité est un tour de taille ne dépassant pas la moitié de notre hauteur. Chaque centimètre en plus est égal à des mois d’espérance de vie perdus. Des scientifiques estiment que si votre tour de taille fait 60% de votre hauteur, vous perdez 1.7 année d’espérance de vie. Un moyen correct pour mesurer votre tour de taille passe par quelques étapes et conseils nécessaires à appliquer.

Première étape

La première étape consiste à dégager la région abdominale et tout vêtement et accessoires. Il faut se tenir debout devant le miroir avec les pieds écartés à la largeur de l’épaule. Il faut ensuite détendre l’abdomen, passer le galon et mesurer autour de la taille.

Seconde étape

Au lieu d’utiliser le bout des doigts, il faut utiliser à la place le côté de la main ou de l’index. Cela est nécessaire pour localiser l’extrémité supérieure des hanches en appuyant vers le haut et vers l’intérieur sur l’os des hanches.

Troisième étape

Il est fréquent que plusieurs personnes méprennent la partie de l’os de la hanche située vers l’avant pour le haut de la hanche. Cette partie n’est pas la plus haute. Pour découvrir le véritable point le plus haut, il faut suivre cette partie vers le haut et l’arrière sur les côtés du corps.

Quatrième étape

Il faut aligner le bord inférieur du galon et le haut des hanches des deux côtés à l’aide d’un miroir.

Cinquième étape

Après l’avoir localisé, marquer le sommet des hanches au stylo peut vous aider à placer le galon correctement.

Sixième étape

Le galon doit être bien parallèle au sol et ne doit pas être tordu. Il faut se détendre et prendre des respirations normales. Toujours tout en respirant normalement, lire la mesure indiquée sur le galon.

Comment savoir si l’on est à risque

  • Pour les hommes : un tour de taille de plus de 94 cm équivalant à 37 pouces représente un risque accru. À plus de 102 cm, le risque est très important.

  • Pour les femmes : un tour de taille de plus de 80 cm équivalant à 31.5 pouces représente un risque accru. Le risque est très important à 88 cm.

Faire un suivi du tour de taille avec le poids corporel est une excellente manière pour comprendre le changement du corps. Cela permet également de surveiller votre risque de maladies du cœur et d’AVC.

Comment surveiller son tour de taille ?

Le meilleur moyen de surveiller votre tour de taille est d’adopter un tout nouveau style de vie. Il faut opter pour un style de vie basé sur les activités physiques et un régime alimentaire bien défini. L’important est de remplacer les graisses abdominales par des muscles. Il faut notamment débuter par des exercices qui augmentent l’activité cardiaque. Il peut s’agir de marche, de course, de natation ou de vélo. La régularité de l’activité est ce qu’il y a de plus importante. Par rapport au régime alimentaire, il faut privilégier les fruits et légumes. Bien évidemment, les graisses saturées et les sucres raffinés sont à éviter. Pour une plus grande efficacité de la prise musculaire abdominale, l’absorption d’aliments riches en protéine est fortement conseillée.

Etudes cliniques:


Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !

Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !