Selon la science, le fait de vieillir est dû à 80% à notre mode de vie. Ainsi, vous avez 80% de chances de vieillir en pleine santé en prenant en main vos habitudes. Certains utilisent les traitements anti-âges pour traiter les signes extérieurs de vieillesse, comme la chirurgie esthétique. Mais ce qu’on vous propose aujourd’hui c’est d’agir sur le vieillissement interne. Ces solutions anti-âge permet d’allonger votre espérance de vie et de passer votre retraite en excellente forme. 

Règle n°1 : réduire son apport calorique global

Pour bien vieillir, il faut atteindre son poids idéal. Vous pouvez vous référer à votre IMC qui indique votre poids optimal en fonction de votre taille. Si votre poids est inférieur ou égal à votre taille, vous n’avez rien à changer. Mais s’il est supérieur, vous devez réduire jusqu’à 10% de votre apport calorique pour atteindre votre poids idéal.

anti-âges02

Pour ce faire, vous devez partir d’une table des valeurs caloriques des aliments et additionner l’ensemble de vos repas. Plusieurs sites sur internet proposent ce type de calcul et vous permettent de réguler votre apport calorique en fonction de votre IMC et de votre alimentation. Il est toutefois à souligner que vous ne devez pas réduire plus de 10% pour éviter l’effet « yoyo ». Vous devez ainsi perdre du poids lentement, mais sûrement pour un effet anti-âge.

Règle n°2 : pratiquer le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent consiste à planifier une période d’alimentation et une autre de repos. De récentes études ont montré que cette pratique permet de limiter la prise de poids. Concrètement, vous mangez pendant 8 heures par jour, par exemple de 7h à 15h et vous jeûner les 16 heures suivantes (généralement la nuit). 

Cela va non seulement vous aider à maigrir, mais régule votre tension artérielle, évite les risques de diabète et améliore votre santé cardio-vasculaire. Le jeûne intermittent permet également de se muscler en se débarrassant de sa masse graisseuse. Tout cela contribue aux solutions anti-âge.

Règle n°3 : adopter le régime méditerranéen

Ce régime est parfait pour prévenir les maladies dégénérescentes comme l’Alzheimer et pour protéger votre système cardio-vasculaire. Il consiste à privilégier le poisson, la viande blanche et les légumes verts. Vous aurez aussi à consommer plus de fruits multicolores, de noix et de graines. 

Le régime méditerranéen est relayé par plusieurs études pour ses nombreux bienfaits pour la santé. Il apporte l’essentiel des protéines et les bonnes graisses (oméga 3, 6 et 9) et limiter les sucres rapides. Il comporte aussi assez de micronutriments et de vitamines pour renforcer votre organisme.

Règle n°4 : boire suffisamment

anti-âges03

Tout comme les plantes et les organismes vivants, notre corps se dessèche. C’est pourquoi il faut maintenir son hydratation quotidienne en buvant une quantité suffisance d’eau. Ainsi, notre peau ne se plisse pas et nos articulations continuent de fonctionner normalement. On évite également de se vouter.

D’après les experts, il faut boire 1,5 litre d’eau par jour, voire 2 litres en cas de forte chaleur. Une partie de cette eau est fournie par notre alimentation quotidienne, mais en quantité modérée. C’est pourquoi il faut boire beaucoup. Il est conseillé de prendre tous les matins à jeun un verre d’eau. Prenez ensuite un verre avant chaque repas pour limiter votre faim et finir votre quota journalier. Alternez sur 3 jours avec une eau calcique, une eau magnésienne ou une eau bicarbonatée gazeuse pour obtenir tous les minéraux indispensables à votre corps et pour un effet anti-âge. 

Règle n° 5 : manger frais, de saison, multicolores et bio

Manger des aliments bio et frais permet d’éviter les pesticides, les herbicides et les insecticides particulièrement nocifs pour la santé. En effet, ces produits chimiques pénètrent jusqu’à 1 cm la peau des produits. C’est pourquoi l’épluchage et le lavage ne permettent pas de les éviter complètement. De plus, la consommation de ces produits entraîne une hyper perméabilité de la muqueuse intestinale et une désorganisation du microbiote.

Tout cela entraîne une dégradation du système immunitaire. C’est pourquoi il faut privilégier une alimentation bio, multicolore et de saison. Ces derniers contiennent tous les nutriments nécessaires à notre organisme et évite une vieillesse prématurée. Ce régime permet également de prévenir l’apparition de nombreuses maladies.

Règle n° 6 : adopter un mode de cuisson différent 

Même si la cuisson est utile pour détruire certaines bactéries pathogènes, elle doit être maîtrisée pour ne pas dénaturer les aliments. En effet, la cuisse à haute température ou trop longtemps transforme les macronutriments et détruit les micronutriments. Par exemple, les grillades de viande provoquent une glycation des protéines, rendant les aliments plus impropres à la consommation. Quant à la friture ou à la cuisson élevée, elles transforment les graisses en produits toxiques.

Pour éviter ainsi de détruire les nutriments et les vitamines indispensables à notre organisme, il est conseillé de limiter la température de cuisson. Remplacez votre barbecue par une plancha et mettez le thermostat de votre four à 220 degrés, tout en y plaçant un récipient d’eau. Évitez autant que possible la cuisson au micro-ondes et privilégiez celle à la vapeur. 

Règle n° 7 : oublier les protéines

Pour un apport journalier indispensable, il faut manger 1 gramme de protéines par jour et par kilo de poids. Donc, si vous pesez 60 kg, vous devez manger 60 g de protéines par jour. Cette quantité équivaut environ à 120 g de viande ou de poisson, ou encore 4 blancs d’œuf. L’intérêt de cet apport suffisant en protéines est de fournir à l’organisme les acides aminés dont il a besoin. 

En cas d’insuffisance, le corps entre dans une spirale de dénutrition qui entraîne une fragilité et une évolution défavorable du vieillissement. Une fente musculaire est également à craindre. Une carence protéique génère également une basse d’albumine et de l’hémoglobine, ce qui réduit les capacités respiratoires et provoque une anémie et à plus forte raison une fatigue prolongée. Ce déficit contribue également à favoriser un dérèglement hormonal causant des insuffisances glandulaires et accentuant la prévalence des pathologies, comme l’Alzheimer. 

Règle n° 8 : protéger son cerveau

Le cerveau fonctionne 24h/24 et 7 jours sur 7. Cela nécessite un apport suffisant en sang. Pour le protéger au mieux, vous devez éviter la consommation de tabac et limiter celle de l’alcool. Ce sont des neurotoxiques. Vous devez aussi manger suffisamment de bon cholestérol et d’oméga 3. Ces derniers représentent les acides aminés essentiels pour le cerveau.

Le régime méditerranéen précédemment cité contribue également à la protection du cerveau. Privilégiez également les légumes à grandes feuilles comme les laitues, les épinards et les choux. N’oubliez pas de maintenir le cerveau en action par des activités intellectuelles ou une vie sociale et associative riche. 

Règle n° 9 : pratiquer un sport avec parcimonie

Le sport est un excellent remède pour prévenir le vieillissement. Pratiquez une activité physique régulière d’au moins 30 minutes trois fois par semaine permet de maintenir la santé cardio-vasculaire et de contribuer au bien-être psychique. Cela limite en effet le stress et prévient la dépression.

Privilégiez les sports cardio comme la marche, la natation ou encore le vélo. Une heure tous les deux ou trois jours est recommandée au maximum. Évitez les sports violents qui peuvent engendrer des accidents. N’oubliez pas de faire un suivi médical régulier en cas de problèmes de santé.

anti-âges04

Règle n° 10 : vivre dans la zénitude

Pour bien vieillir, il faut éviter le stress, l’anxiété et les contrariétés. La phytothérapie et l’homéopathie sont d’excellents moyens pour contribuer à la zénitude. La Chamomilla, la menthe et la fleur d’oranger sont des excellents antidépresseurs.

Une bonne hygiène de vie et une meilleure alimentation contribuent également à prévenir le stress oxydatif. Un apport suffisant en fer et en magnésium contribue en effet à maintenir l’équilibre énergique. Pensez aussi à pratique le yoga ou une autre activité relaxante antistress. 

Sources et références : 

Mattson MP, Longo VD, Harvie M, Impact of intermittent fasting on health and disease processes, Ageing Res Rev. 2016 Oct 31. pii: S1568-1637(16)30251-3. doi: 10.1016/j.arr.2016.10.005. 

Alhamdan BA, Garcia-Alvarez A, Alzahrnai AH, Karanxha J, Stretchberry DR, Contrera KJ, Utria AF, Cheskin LJ, Alternate-day versus daily energy restriction diets: which is more effective for weight loss? A systematic review and meta-analysis, Obes Sci Pract. 2016 Sep;2(3):293-302. Epub 2016 Jul 15. 

Johnstone A, Fasting for weight loss: an effective strategy or latest dieting trend? Int J Obes (Lond). 2015 May;39(5):727-33. doi: 10.1038/ijo.2014.214. Epub 2014 Dec 26. 

Andrew D. Johnson et al., The transcriptional landscape of age in human peripheral blood, Nature Communications volume 6, Article number: 8570, October 2015. 

https://www.nature.com/articles/ncomms9570#abstract

Wu S, Ding Y, Wu F, Li R, Hou J, Mao P, Omega-3 fatty acids intake and risks of dementia and Alzheimer’s disease: a meta-analysis. Neurosci Biobehav Rev. 2015 Jan.

Martha Clare Morris, Christy C. Tangney, Yamin Wang, Frank M. Sacks, David A. Bennett, Neelum T., MIND diet associated with reduced incidence of Alzheimer’s disease, Aggarwal, February 11, 2015