Notre capacité à tenir debout ne revient pas à nos muscles, ni à notre squelette et encore moins à nos os. En effet, ce sont des parties que même un cadavre possède. Nous tenons debout parce que notre corps produit de l’énergie qui circule dans toutes les cellules de nos organismes. Ces derniers œuvrent en harmonie pour assurer notre santé.

Il existe toutefois des agents extérieurs qui peuvent interférer dans cette harmonie.

Les pesticides arrivent en tête de liste. Selon Pr Gilles-Éric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen, « cette désorganisation causée par les pesticides entraîne diverses pathologies dans la communication cellulaire qui engendrent des cancers, des maladies nerveuses ou encore des maladies hormonales et immunitaires ».

Ainsi, bien que vous avons toujours su que les pesticides étaient nocifs, plusieurs études récentes prouvent qu’elles le sont encore plus qu’on ne le croyait. 

Nous faisons le point dans cet article.

Les principales causes de l’augmentation des pathologies génétiques

Toutes les études du XXème siècle rapportent une augmentation des pathologiques modernes via des mutations génétiques ces 50 dernières années au niveau mondial. Les scientifiques constatent en effet une recrudescence des nouvelles bactéries et de nouveaux virus.

Pour tenter de trouver une explication à cette tendance plus que meurtrière, les chercheurs ont trouvé que les rats soumis aux pesticides de manière chronique développaient toutes ces maladies.

pesticides

Les pesticides : une des principales causes des maladies modernes

Toutefois, malgré ces preuves, les autorités continuent de refuser ce fait. En effet, le Professeur Séralini souligne que « nous somme empoisonné en permanence », sans que nul ne prenne des mesures pour l’éviter. Il soutient également que « nous ne sommes pas les seuls, il en va de même pour les animaux sauvages, les animaux d’élevage et même les animaux de compagnie ».

En fait, tous les aliments que nous consommons contiennent des résidus plus ou moins importants de pesticides. Même les producteurs qui n’utilisent pas de tels procédés ne sont pas épargnés en raison de la pluie et des condensations de la mer qui en sont affectées.

Mais, il n’y a pas que les pesticides

Il existe également d’autres perturbateurs endocriniens qui entraînent ces maladies, comme le distilbène et le bisphénol A (interdit, mais toujours présent dans les emballages). Il y a aussi les halogénophénols (désinfectants), les phtalates (peinture, vernis) et les PBDE (crèmes solaires) que les fabricants essaient de cacher sous des noms scientifiques compliqués.

Ces substances sont responsables de plusieurs affections neuronales, comme l’anxiété, le stress ou encore l’hyperactivité. Une étude a d’ailleurs montré que ces dernières pouvaient se prolonger sur plusieurs générations.

Des consignes gouvernementales trop optimistes 

Les fabricants aussi bien que le gouvernement entretiennent des discours contradictoires sur les pesticides et autres agents chimiques. Le Pr Séralini annonce pourtant que « Les pesticides sont 1000 fois plus toxiques que ce que soutient la réglementation actuelle sur le long terme ».

En effet, les fabricants et le pouvoir public manipulent les normes et les indications, entretiennent le doute sur les ingrédients non déclarés et n’imposent pas de tests pour garder un taux admissible dans les produits.

Les autorités jouent alors avec notre santé pour commercialiser des produits toujours aussi nocifs pour la santé. Malgré le résultat de toutes les études sur le danger des pesticides, les autorités restent conciliantes et ne prennent pas des mesures drastiques concrètes. Ils évitent d’ailleurs le sujet aussi souvent que possible.

Le sauna infrarouge pour éliminer les toxines :

Qu’en est-il de la tendance actuelle à aller au « vert » alors ? 

Il existe en effet une certaine prise de conscience écologique aujourd’hui. On voit partout des initiatives plus « vertes », plus bio ou encore plus responsable. Plusieurs entreprises, politiciens et scientifiques travaillent ensemble pour un monde plus écolo.

Cependant, les scientifiques, en particulier le Professeur Séralini, restent sceptiques. D’une part parce que l’intoxication aux pesticides est largement sous-estimée par le gouvernement. D’autre part parce que le retrait des ingrédients douteux représente une grande perte pour les fabricants.

Même si les mesures dites « écologistes » sont omniprésentes actuellement, les résultats concrets restent insuffisants. Par exemple, les déversements de produits chimiques dans la mer continuent. Même si certaines communes soutiennent la pêche peu intensive et contrôlent la provenance des produits marins, c’est la mer elle-même qui est déjà polluée.

Un autre exemple, les produits insecticides, comme nous l’avons déjà soulevé, contiennent des ingrédients polluants. Les fabricants se contentent de les cacher sous des noms compliqués pour éviter de les déclarer en tant que produits nocifs.

Ainsi, même face aux différentes initiatives écologiques, le degré de pollution actuel aux pesticides est trop important pour être éradiqué. C’est pourquoi il faut adopter de nouvelles règles de vie.

Quelles sont les règles de survie dans un monde aussi pollué ?

Le premier réflexe consiste à éviter les aliments contenant des toxines. Pour ce faire, privilégiez dans votre assiette les aliments peu transformé et bio. Évitez tous les conserves et la nourriture en boîte. 

pesticides

Pour s’assurer qu’un produit est effectivement bio, n’oubliez pas de vérifier le label sur le produit. Vous pouvez également consulter le classement de l’association écologique Environmental Working Group sur les fruits et les légumes les plus « pollués ». Ainsi, il faudra seulement les éviter.

Parmi ces produits, les fraises, les épinards, les nectarines et les pommes arrivent en tête de liste. Les tomates, les céleris et les concombres les suivent de près. Pour le cas de ces aliments, il faut donc OBLIGATOIREMENT opter pour du bio. 

Se détoxifier

Ensuite, pensez à privilégier certaines plantes détoxifiantes, à savoir le persil, la fleur et la feuille de cassis, le romarin ou encore le mélilot. Vous pouvez les inclure subtilement dans vos plats ou en faire des crudités crues. Ces plantes aromatiques ont le privilège de stimuler l’odorat et le goût via la salivation.

La production de salive permet de stimuler les sucs gastriques et hépatiques pour nettoyer vos cellules avant même de manger. C’est un processus particulièrement bénéfique pour réduire les toxines assimilées par votre corps.

D’autre part, lorsque vous achetez du poisson, évitez ceux de la rivière et les grands poissons de la mer qui consomment les plus petits et sont donc très pollués. Misez plutôt sur les petits poissons gras, comme les harengs, les sardines, les anchois ou encore les maquereaux. 

Pensez ensuite à réduire votre consommation de viande pour limiter les toxines. Mangez seulement deux fois par semaine et remplacez-la par du poisson ou des plats végétariens. Néanmoins, les enfants en période de croissance et les femmes enceintes ne sont pas concernés par cette règle en raison de leurs besoins supérieurs en protéine.

En cuisine, optez pour une cuisson douce et évitez de trop cuire vos plats. Une cuisson trop forte peut entraîner des perturbateurs endocriniens carcinogènes. Il faut également éviter de laisser les aliments au contact des braises, notamment lors de barbecue. Mettez toujours du papier sulfurisé pour les protéger du feu direct.

Dans la mesure du possible, évitez les désodorisants chimiques et les produits chimiques de tout genre. Choisissez par exemple des huiles essentielles pour parfumer votre maison. Optez aussi pour des produits en bouteille recyclable. Même si les initiatives écologiques ont une moindre incidence par rapport aux pesticides qui sont 1000 fois plus toxiques que ce que l’on croit, c’est toujours mieux que rien !

Comment procéder à l’élimination des toxines ? 

Nous avons tous des toxines dans notre organisme. Pour y remédier, il existe quelques procédés d’élimination conseillée :

Éviter le surpoids

Il faut éviter le stockage de masses graisseuses. En effet, plus on emmagasine du gras, plus nous avons des perturbateurs endocriniens. Ces derniers aggravent ainsi le surpoids et le diabète . Il faut donc manger sainement et éviter d’être en surpoids pour éliminer le plus de toxines.

Pratiquer une activité physique régulière

Le sport est aussi un des principaux alliés. La pratique d’une activité physique augmente la circulation et brûle l’excédent de calories. Cela permet ainsi d’éliminer les toxines. Il faut toutefois privilégier les sports intenses, comme la course, la natation ou encore le HIIT. 

pesticides

La taurine et les fibres pour détoxifier

Plusieurs études montrent que la consommation de taurine permet d’évacuer les toxiques par les selles. Toutefois, les toxines risquent d’être réabsorbées avant d’atteindre le rectum si vous ne mangez pas assez de fibres. C’est pour cela qu’il est conseillé de manger beaucoup de crudités, de légumes, de céréales complètes, de fruits et d’oléagineux. Cela permet de stimuler l’élimination des toxines.

Le sauna infrarouge

Parmi les cures de détoxification, le plus efficace à ce jour est le sauna infrarouge. La forte transpiration permet d’évacuer les toxines. Cela contribue ainsi au renouvellement et au rajeunissement de la peau. Il faut toutefois veiller à ce que la température soit au moins de 39°C. Cette chaleur imite en effet la réaction naturelle du corps aux infections pour éliminer les virus et les bactéries. 

Le jeûne intermittent

Le fait de jeûner 16 à 18 heures par jour permet à notre corps de se débarrasser des toxines, tout en optimisant notre santé. Grâce au jeûne, le corps active son « système de nettoyage » naturel pendant la transpiration. Il s’agit de la loi de l’homéostasie.

Sources et références

https://www.20minutes.fr/planete/1285718-20140130-20140130-pesticides-jusqu-a-mille-fois-plus-toxiques-annonce-selon-etude

https://www.nationalgeographic.com/environment/article/insect-apocalypse-under-way-toxic-pesticides-agriculture

https://www.sciencedaily.com/releases/2018/03/180308120621.htm

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3955666/

https://www.researchgate.net/publication/261521701_Major_Pesticides_Are_More_Toxic_to_Human_Cells_Than_Their_Declared_Active_Principles

https://www.prevention.com/life/a20468413/pesticides-are-more-toxic-than-we-thought/