Les questions les plus fréquentes à propos de la maladie de Parkinson

maladie de Parkinson01
3 décembre 2020
-

Parmi les maladies neurodégénératives les plus fréquentes, vous avez la maladie de Parkinson. À cet effet, il s’agit d’une maladie qui se caractérise par la destruction de certains types de neurones. Elle touche surtout les neurones à dopamine, cette substance noire constituant le cerveau. Ces neurones jouent un rôle essentiel dans le contrôle des mouvements. Ainsi, la maladie de Parkinson se manifeste essentiellement par des troubles du mouvement. Même si tout le monde connaît de nom cette pathologie, elle reste encore peu connue lorsqu’il s’agit de ses diverses caractéristiques. C’est pourquoi, vous découvrirez dans ce qui suit les principales informations à connaître à son propos.  

Quels sont les symptômes de la maladie de Parkinson ?

maladie de Parkinson02

Comme elle est liée à la destruction des neurones dopaminérgiques, la maladie de Parkinson se manifeste surtout par des troubles du mouvement. En effet, la dopamine est le neurotransmetteur en charge du contrôle des mouvements. Ainsi, les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson sont la raideur, le tremblement au repos et la lenteur du mouvement ou bradykinésie. 

Les symptômes non-moteur de la maladie sont multiples et sont variable d’un patient à un autre. Il peut s’agir des troubles du sommeil, d’une somnolence importante ou encore d’hypersalivation. Certains patients souffrent aussi de douleurs, de troubles cognitifs et de dépression. Il faut cependant noter que lorsque le patient est sujet à des symptômes cliniques, 50 à 70 % des neurones dopaminergiques ont déjà subi une altération. Ce qui signifie que la maladie s’est développée depuis quelques années. 

Qui peut être touché par cette maladie ?

maladie de Parkinson03

Même si la maladie de Parkinson a tendance à s’accentuer avec l’âge, elle ne touche pas exclusivement les personnes âgées. En effet, même si l’âge moyen des personnes souffrant de cette maladie neurodégénérative est de 59 ans, elle peut survenir avant 40 ans. D’ailleurs, 10 % des cas sont diagnostiqués avant 40 ans. Il peut aussi arriver, mais c’est très rare, que des personnes très jeunes développent la forme génétique de la maladie de Parkinson

A quoi est-elle due ?

La majorité du temps, les causes de la maladie de Parkinson restent inconnues. En effet, même s’il existe une prédisposition génétique à la maladie, elle n’explique pas tous les cas du fait de sa rareté. A cet effet, il ne s’agit pas d’une maladie héréditaire. Quoi qu’il en soit, les scientifiques penchent de plus en plus vers l’hypothèse selon laquelle l’usage de pesticides peut être à l’origine de la maladie chez les agriculteurs. A part cela, l’âge constitue aussi un facteur de risque important en contribuant à la dégénérescence des neurones dopaminergiques

Comment le diagnostic de la maladie de Parkinson est-il posé ?

La pose du diagnostic de la maladie de Parkinson est clinique. Le médecin spécialiste en se basant sur les ressentis de la personne concernée et de son entourage, peut établir le diagnostic. 

Pour ce faire, il repère tout d’abord la présence d’au moins deux des signes moteurs très caractéristiques de la maladie. En effet, certains de ces signes peuvent apparaître de manière précoce, à l’instar de la micrographie. Toutefois, cette pathologie peut débuter par des signes non-moteurs auxquels il faut être attentif. Quoi qu’il en soit, le diagnostic nécessite toujours de l’expertise. 

Diagnostiquer cette maladie neurodégénérative ne nécessite aucun examen radiologique ou biologique. Cependant, il se peut que les médecins proposent une IRM pour exclure d’autres maladies et d’autres causes du syndrome parkinsonien. 

Comment cette maladie évolue-t-elle ?

maladie de Parkinson04

L’évolution de la maladie de Parkinson dépend de chaque patient et est très variable. Mais généralement, la pathologie évolue en 4 étapes/périodes.

  • Le premier stade – il correspond à l’apparition des premiers signes de la maladie. C’est généralement durant ce stade que le diagnostic officiel est posé. Il est caractérisé par la lenteur des mouvements, la rigidité d’un membre et les tremblements au repos. 

  • La période de « lune de miel » – cette deuxième phase dure entre 3 et 8 ans. Durant cette période, le patient peut encore continuer à vivre de manière plus ou moins normale. Il répond d’ailleurs de manière positive au traitement dopaminergique.

  • La phase de « fluctuation » – ce troisième stade de la maladie est caractérisé par l’aggravation des symptômes. Le traitement dopaminergique perd progressivement de son efficacité durant cette phase. Le patient souffre alors périodiquement de problèmes moteurs. En d’autres termes, les symptômes et leur intensité fluctuent. 

  • L’aggravation de la maladie – cette quatrième phase de la maladie de Parkinson correspond à une aggravation de plus en plus importante des symptômes. Les tremblements prennent de l’ampleur. Les signes psychologiques apparaissent aussi. Le patient peut alors souffrir de dépression, de pertes de mémoire ou encore de démence. A ce stade, d’autres troubles comme les dysfonctionnements urinaires et les problèmes de pression artérielle peuvent aussi apparaître.

Vous l’aurez compris, la maladie de Parkinson peut se présenter et évoluer d’une manière différente chez chaque patient. Par ailleurs, il peut aussi arriver que le traitement dopaminergique engendre des effets secondaires. Ce qui conduit les patients à interrompre le traitement. Parmi ces effets secondaires, on distingue surtout les dyskinésies qui correspondent à des mouvements anormaux. Il y a aussi le trouble du contrôle des impulsions. 

Références :

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/parkinson-maladie


Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !

Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !