Les sirtuines : des gènes de longévité et de l’anti-vieillissement

sirtuines

Depuis longtemps, les sirtuines ont joué un rôle dans la longévité de diverses espèces, y compris de l’espèce humaine. Il faut dire qu’aujourd’hui, les chercheurs ont découvert encore d’autres preuves à l’appui confirmant les actions de ces protéines. Connaissez-vous réellement ce que c’est ? En avez-vous déjà entendu parler ? Sachez qu’il s’agit d’une classe d’enzymes qui agissent sur les histones. Dans cet article, vous verrez donc les différents rôles de ces sirtuines, notamment ces actions pour retarder le vieillissement.

Les sirtuines : qu’est-ce que c’est ?

Les sirtuines font partie de la famille de protéines qui facilitent la fonction cellulaire. Elles jouent un rôle dans le vieillissement. Elles assurent, plus précisément, l’expression des gènes et participent à la réparation de l’ADN. Pour pouvoir fonctionner correctement, elles nécessitent de nicotinamide adénine dinucléotide (NAD+). Il s’agit d’une coenzyme présente dans toutes les cellules vivantes. La biologie du NAD+ est au cœur de la détection déréglementée des nutriments. Elle explique pourquoi nous vieillissons. Aussi, les sirtuines jouent un rôle essentiel dans cette biologie. En outre, les sirtuines forment également un groupe de sept protéines qui régulent la fonction et la santé cellulaire de multiples façons.

Les sirtuines et la désacétylation

Les sirtuines agissent comme régulateurs pour assurer l’efficacité d’une cellule. Il s’agit d’une de ces fonctions clés. Ainsi, lorsqu’elles sont combinées au NAD+, elles pourraient être un déterminant important de la longévité. Les 7 sirtuines occupent des emplacements différents dans la cellule, leur rôle fondamental est d’éliminer les groupes acétyle des autres protéines. Ces groupes contrôlent des réactions spécifiques et agissent comme des marqueurs sur des protéines avec lesquelles elles peuvent réagir.

Les sirtuines travaillent avec les groupes acétyle dans un processus connu sous le nom de désacétylation. En général, elles identifient la présence d’un groupe acétyle sur une molécule et l’éliminent. Cela va alors permettre à la molécule de se libérer et de faire son travail.

Les sirtuines désacétylent, par exemple, les histones, des protéines qui font partie d’une forme condensée d’ADN appelée chromatine. Cela va aider à protéger l’ADN de certains dommages. L’histone est une grosse protéine entourée par l’ADN. Lorsqu’elle possède un groupe acétyle, la chromatine est déroulée. Pendant ce temps donc, l’ADN est transcrit, d’où la première étape dans le processus d’expression génétique.

Toutefois, pendant le déroulement de la chromatine, il est vulnérable aux dommages. Ainsi les sirtuines se chargent de fermer et de remballer la chromatine afin de la protéger des dommages une fois que l’expression génétique n’est plus nécessaire.

Les sirtuines sont connues depuis une vingtaine d’années, et cette fonction clé a permis à leurs gènes codants d’être reconnus comme des « gènes de longévité ». Ils ont fait l’objet d’étude des chercheurs depuis longtemps afin d’en savoir plus sur leur fonctionnement et leur utilisation pour la lutte contre les maladies liées à l’âge.

La SIRT6 et ses effets sur la longévité.

Plusieurs chercheurs comme Vera Gorbunova, Andrei Seluanov et Dirk Bohmann et leur équipe ont publié un article concernant la sirtuine 6 (SIRT6) et son rôle sur l’ADN. L’article évoque surtout le rôle de la SIRT6 dans une réparation plus efficace de l’ADN chez les espèces ayant une meilleure longévité.

Au fur et à mesure que nous et/ou d’autres animaux vieillissons, notre ADN devient plus fragile. Il peut s’endommager et se briser. Cela peut provoquer des mutations et un réarrangement de nos gènes, un précurseur du cancer et du vieillissement. C’est pourquoi la réparation de l’ADN joue un rôle clé dans la durée de vie d’un organisme. Par ailleurs, les ruptures de double brin (RDB) sont au centre de l’attention et sont le résultat de dommages oxydatifs inévitables. Malheureusement, peu importe votre état de santé, vous ne pouvez pas éviter les RDB. En effet, les dommages oxydatifs sont une conséquence de notre respiration et de notre absorption d’oxygène. C’est l’un des nombreux exemples de la façon dont le corps se détériore et vieillit par le fonctionnement du métabolisme normal. Heureusement, il est possible de réparer ces dommages, et c’est là que la SIRT6 entre en jeu.

La sirtuine 6 possède le gène SIRT6 connu comme étant un gène de longévité en raison de son rôle clé dans la réparation et le métabolisme de l’ADN. Certaines études ont même démontré que les souris possédant des copies supplémentaires du gène vivent plus longtemps que leurs homologues habituelles. Or, cela n’est pas le cas des souris qui possèdent un gène éliminé, elles ont eu un vieillissement accéléré. L’équipe de recherche a émis l’hypothèse que si une meilleure réparation de l’ADN permet de prolonger la durée de vie, les organismes ayant une durée de vie plus longue peuvent avoir développé une régulation plus efficace de la réparation de l’ADN. Cela pourrait-il alors signifier qu’une activité SIRT6 plus élevée est présente chez les espèces à plus longue durée de vie ?

sirtuines

L’expérimentation sur la réparation de l’ADN

Pour en savoir plus sur les effets d’une augmentation de l’activité SIRT6, les chercheurs ont examiné la réparation de l’ADN chez 18 espèces différentes de rongeurs. Leur durée de vie variait entre 3 ans pour les souris et jusqu’à 32 ans pour les rats et castors taupe nus. Plusieurs résultats ont donc été constatés :

  • Ils ont découvert que les rongeurs à plus longue durée de vie avaient effectivement une réparation de l’ADN plus efficace. Cela était dû à la SIRT6 qui était à la fois plus active et plus puissante. Chez les espèces à plus longue durée de vie, le gène a évolué pour devenir plus efficace. Cela signifie donc que l’enzyme est un déterminant essentiel de la longévité ;

  • Les chercheurs ont étudié les différences moléculaires entre les protéines SIRT6 trouvées chez la souris et celles les plus puissantes trouvées chez le castor. Ils ont découvert qu’il y avait cinq acides aminés dans la protéine SIRT6 chez les castors. Ils les rendaient plus puissants et plus aptes à faciliter la réparation de l’ADN cellulaire et la fonction enzymatique ;

  • L’équipe de recherche a également inséré les gènes SIRT6 du castor et de la souris dans des cellules humaines. Elle a constaté que le SIRT6 du castor était supérieur à celui des cellules ayant reçu le SIRT6 de la souris pour réduire les dommages causés par le stress. Chez les mouches des fruits, l’insertion du gène SIRT6 du castor a augmenté leur durée de vie mieux que celle de la souris SIRT6.

Tableau démontrant les fonctions de chaque de type de sirtuines

Comme il y a 7 sirtuines, chacune d’elles possèdent ses propres fonctions. Voici donc un tableau montrant les différentes activités et fonctions de ces enzymes :

NomEmplacementActivitéFonction
Sirtuine 1Noyau, cytoplasmeDésacétylaseMétabolisme, inflammation
Sirtuine 2CytoplasmeDésacétylaseCycle cellulaire, tumorigenèse
Sirtuine 3Noyau et mitochondriesDésacétylaseMétabolisme
Sirtuine 4MitochondriesADP-ribosyl transféraseSécrétion d’insuline
Sirtuine 5MitochondriesDémalonylase, desuccinylase et désacétylaseDésintoxication de l’ammoniac
Sirtuine 6NoyauDémyristoylase, dépalmitoylase, ADP-ribosylRéparation de l’ADN, métabolisme sécrétion de TNF
Sirtuine 7NucléoleDésacétylaseTranscrption d’ARNr

Comment les sirtuines régulent la santé cellulaire avec NAD + ?

Les sirtuines sont des régulateurs du vieillissement et de la longévité. Elles sont présentes chez les humains, mais aussi chez les levures, les vers, les mouches et les souris. Les sirtuines sont des déciles dépendants du NAD+ qui réagissent aux perturbations nutritionnelles et environnementales telles que le jeûne, les dommages à l’ADN, les restrictions alimentaires et le stress oxydatif.

En général, l’activation des sirtuines déclenche des programmes de transcription nucléaire. Ces derniers améliorent l’efficacité métabolique tout en stimulant le métabolisme oxydatif mitochondrial et la résistance qui accompagne le stress oxydatif. Les sirtuines augmentent les voies antioxydantes et facilitent la réparation des dommages à l’ADN par la modification chimique des protéines de réparation. Des recherches ont démontré que les sirtuines favorisent la longévité des levures, des vers, des mouches et des souris. Elles peuvent atténuer de nombreuses maladies liées au vieillissement des souris, comme le diabète de type II, le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies neurodégénératives et les maladies pro-inflammatoires.

Le rôle potentiel des sirtuines dans le vieillissement en a fait un succès immédiat dans l’industrie des soins de la peau. La recherche sur les produits pharmaceutiques liés à la sirtuine n’en est encore qu’à ses débuts. Cependant, vous pouvez déjà trouver une célèbre marque de soins faire une promotion de l’un de ses produits sous le nom de « pro-sirtuine ». Des termes tels que « protéines de jeunesse » et « vieillissement ralenti » ont également été utilisés. Il faut néanmoins savoir qu’il n’y a pas de véritable technologie pro-sirtuine dans ces produits. En effet, il n’existe pas encore de telle technologie, les listes d’ingrédients sont plus ou moins les mêmes.

Aujourd’hui, il y a différentes façons possibles de mettre en avant les diverses informations sur les sirtuines. Vous pouvez ajouter des ressources permettant de les activer, ou des substrats qui sont nécessaires à leur activité. Alors, comment assurer la santé cellulaire de la peau ?  Pour cela, la nourrir ne fonctionnerait pas. Cela risquerait plutôt de favoriser son amincissement et sa perte d’élasticité. Pour ce faire, il convient alors de mettre des activateurs de sirtuines tels que le resvératrol aux produits de soins de la peau. Le resvératrol, pratiquement pur, active les sirtuines et favorise la réparation de l’ADN. Vous pouvez aussi ajouter du NAD+, une coenzyme nécessaire à l’activité des sirtuines. Le NAD+ affecte également d’autres enzymes, telles que la famille des protéines poly ADP-ribose polymérase (PARP) et l’ADP-ribose synthase cyclique (cADPR) qui nécessitent le NAD+ comme co-substrat pour remplir leur fonction. D’ailleurs, des enzymes cruciales telles que les sirtuines PARP et les cADPR dépendent de la concentration de NAD+, ce qui rend le NAD+ encore plus pertinent du point de vue de la santé humaine.

Qu’est-ce qu’une coenzyme ?

Les coenzymes sont des molécules organiques dont certaines enzymes ont besoin pour effectuer la catalyse. En d’autres termes, ils sont nécessaires pour accélérer les réactions chimiques. Ces molécules sont souvent composées de vitamines. Ces vitamines sont importantes pour tout être humain. Elles doivent provenir de différentes sources étant donné que nous ne sommes pas en mesure de les synthétiser à partir de rien. Parmi ces vitamines, il y a la nicotinamide ou niacinamide. Celle-ci constitue une partie essentielle de la coenzyme NAD+ (ainsi que du NADP+ et des formes réduites NADH et NADPH).

Pourquoi le NAD+ est-il si crucial pour la vie ?

Le NAD+ agit comme un vecteur d’électrons et d’hydrogène qui facilite le transfert d’énergie entre les nutriments et la pièce d’énergie de la cellule dite l’ATP. Dans ces réactions d’oxydation-réduction, la partie active de la coenzyme (qui est réduite et oxydée encore et encore) est le nicotinamide.

Voici donc un exemple d’équation représentée :

RH2 + NAD + → NADH + H + H + + R

Pour la paire d’électrons hydrures, un électron est transféré à l’azote chargé positivement du cycle nicotinamide NAD+, et le second atome d’hydrogène est transféré à l’atome de carbone C4 opposé à cet azote.

La paire redox NAD +/NADH participe à de nombreuses réactions nécessitant un échange d’électrons, tels que la glycolyse, les interconversions pyruvate – lactate et pyruvate – acétyl-CoA, la bêta-oxydation, le cycle acide citrique (cycle TCA) et la phosphorylation oxydative. Le NAD+ est converti en NADH au stade de la glycolyse de la glycéraldéhyde-3-phosphate déshydrogénase. C’est une voie par laquelle le glucose est transformé en pyruvate. La conversion du NAD+ en NADH est également importante dans le métabolisme mitochondrial.

Dans les mitochondries, le NAD+ est modifié en NADH en quatre étapes du cycle du TCA mitochondrial, au cours duquel l’acétyl-CoA est oxydée en dioxyde de carbone. Le NAD+ devient également NADH lors de l’oxydation des acides gras et des acides aminés dans les mitochondries. Dans ces voies mitochondriales, le NADH généré est un donneur d’électrons pour la phosphorylation oxydative et la synthèse d’ATP.

Le NAD+ joue également un rôle important dans la régulation des enzymes qui consomment le NAD+, y compris les sirtuines, les poly(ADP-ribose polymérases) et les ectoenzymes CD38 / 157. La biosynthèse du NAD+, particulièrement médiée par le nicotinamide phosphoribosyltransférase (NAMPT) et SIRT1 travaillent ensemble à la régulation du métabolisme et du rythme circadien.

Les niveaux de NAD+ diminuent au cours du processus de vieillissement. Cette diminution va provoquer des défauts dans les fonctions nucléaires et mitochondriales et de nombreuses pathologies liées à l’âge. La restauration du NAD+ peut améliorer considérablement ces anomalies fonctionnelles liées à l’âge, en combattant de nombreuses maladies liées au vieillissement, y compris les maladies neurodégénératives. Par conséquent, la combinaison de l’activation des sirtuines et de la supplémentation en NAD + intermédiaire peut être une intervention anti-âge efficace.

sirtuines

Comment se présente l’avenir des sirtuines ?

La recherche sur les sirtuines a été largement liée au vieillissement et à l’activité métabolique. Des recherches récentes chez la souris ont même permis d’identifier les sirtuines comme étant pertinentes pour l’obésité, la maladie d’Alzheimer, les maladies rénales, les maladies du foie, les maladies inflammatoires, l’ostéoporose et le cancer. Par exemple, l’activation de SIRT1 chez la souris peut réduire l’accumulation de protéines neurologiques attribuée à la maladie d’Alzheimer. Bien que cette recherche n’ait pas été appliquée aux humains, elle est très prometteuse. Au fur et à mesure que les avancées sur les sirtuines prennent de l’expansion, cela offre de nouveaux champs de recherche sur la façon dont l’activation des sirtuines avec des précurseurs du NAD+ peut prolonger leur vie et la rendre plus saine.

Les meilleurs suppléments anti-âge pour une meilleure longévité !

Actuellement, il existe beaucoup de produits affirmant combattre les signes du vieillissement. En effet, dans des magasins de beauté, ou encore en pharmacie, on voit toujours des produits disant améliorer la longévité et retarder le vieillissement. Mais sont-ils vraiment efficaces ?  Est-ce uniquement de la publicité ou leurs actions ont déjà été confirmées ?

Il y a eu quelques études dans le domaine des suppléments anti-âge qui ont présenté des résultats prometteurs. Certains suppléments ont montré des effets remarquables sur l’élasticité de la peau et d’autres signes topiques du vieillissement. Nombreux sont ceux qui aident non seulement à améliorer l’apparence du vieillissement, mais aussi à ralentir ou à inverser le processus de vieillissement à l’intérieur. Parmi ces suppléments, vous avez le collagène, le resvératrol ou encore la coenzyme Q10.

Le collagène, idéal pour la souplesse et l’hydratation de certains organes et tissu

Le collagène est une protéine abondante dans les os, les muscles, les tendons et la peau. Il aide à l’élasticité de la peau et des muscles. Il est également essentiel pour réparer et préserver les tissus conjonctifs comme les ligaments et les tendons. Mais en vieillissant, la production de collagène ralentit dans notre corps et, par conséquent, notre élasticité globale se dégrade.

Le collagène est donc l’un des suppléments anti-âges efficaces pour la peau et les os. Il est même prescrit par de nombreux médecins et dermatologues dans de nombreux pays.

De nombreuses études ont montré que la prise d’un supplément oral de collagène permet d’augmenter l’élasticité de la peau, d’améliorer l’hydratation et de soulager les douleurs articulaires. Il est aussi efficace dans le traitement de l’arthrose.

En prenant un supplément de collagène avant et après le vieillissement, il peut aider à traiter les problèmes internes et externes qui y sont liés. D’ailleurs, il n’y a pas encore eu des risques connus dans la prise de supplément en collagène.

Le resvératrol pour lutter contre le vieillissement

On entend souvent que boire un verre de vin rouge par nuit pour garder votre cœur en bonne santé. Mais est-ce réellement le cas ? Il faut dire que parmi tous les composés dans le vin rouge, le resvératrol est celui qui offre plus de résultats prometteurs ou positifs.

Le resvératrol agit en activant et en augmentant l’activité des sirtuines. Il a été démontré qu’il ralentit et inverse le processus de vieillissement. Il peut imiter les effets d’une restriction calorique en diminuant la sensibilité à l’insuline, en rétablissant la santé cardiovasculaire et en promouvant l’autophagie.

De nombreuses études ont montré que le resvératrol peut contribuer à la santé cardiaque. Il possède des capacités anti-âges et contribue même au ralentissement de la détérioration cognitive. Le resvératrol aide aussi à réduire et à minimiser les rides. Cependant, pour avoir la dose de resvératrol adéquat pour le corps, une tasse de vin rouge ne suffit pas. En effet, dans une bouteille de vin rouge, vous n’en trouverez que 0,2 mg à 5,8 mg. Alors, pour obtenir 500 mg de resvératrol, il vous faudrait boire 40 bouteilles de vin. Heureusement qu’il existe actuellement des suppléments en resvératrol. De ce fait, vous pouvez en prendre pour avoir la bonne dose de resvératrol au lieu de recourir à une surconsommation de vin.

La COENZYME Q10 pour une netteté de la peau

La CoQ10 est un composé antioxydant bien connu. Le corps en produit naturellement pour aider à convertir les aliments en énergie utilisable. Mais ce n’est pas sa seule fonction, des recherches ont également avancé d’autres bienfaits de ce composé :

  • Elle renforce l’élasticité de la peau, réduit les rides et améliore la texture générale ;

  • Elle aide à atténuer les problèmes liés à l’âge, comme le stress oxydatif causé par une carence en CoQ10.

En vieillissant, la production de CoQ10 dans le corps diminue. Alors, avec un supplément en coenzyme, les cellules de votre organisme peuvent être renforcées même en vieillissant.

Le CURCUMA, pour ralentir le vieillissement

Le curcuma est connu dans le monde entier comme une épice culinaire. La curcumine constitue son composé antioxydant et la substance anti-inflammatoire contenue dans le curcuma. Il a été démontré que le Meriva SFCurcumin, la substance active du curcuma, aide à prévenir le cancer et surtout à réduire l’inflammation. Sachez que celle-ci est à la fois un facteur et un symptôme de nombreuses maladies. Les maladies cardiaques causées par la plaque, par exemple, apparaissent lorsque l’inflammation gonfle les artères. Il en est de même pour les douleurs articulaires, la fatigue chronique et les douleurs musculaires. Elles sont toutes liées à l’inflammation.

Aussi, une étude a montré que la prise de curcuma ou de la curcumine raffinée peut aider à réduire les réponses inflammatoires dans le corps.

sirtuines

Thé vert, un supplément anti-vieillissement puissant

Le thé vert est un autre supplément anti-âge activateur de sirtuines aux multiples bienfaits. L’épigallocatéchine-3-gallate (EGCG), un composant du thé vert, allonge les télomères des cellules cardiaques endommagées au fil du temps. Rappelons que ces télomères sont une partie essentielle des cellules humaines qui affectent leur vieillissement. L’EGCG offre donc de nombreux avantages :

  • Il protège la peau des dommages causés par les rayons UVB et UVA du soleil ;

  • Il assure aussi la protection du collagène de la dégradation causée par la collagénase. D’ailleurs, il faut savoir que les taux de collagénase augmentent avec l’âge. Cela va entrainer une perte de collagène, une peau plus mince et des rides ;

  • L’EGCG favorise la croissance des cheveux ;

  • Il épuise l’accumulation de graisse et stimule la lipolyse des adipocytes humains. Cela signifie que ce composé anti-âge élimine la graisse de vos cellules graisseuses, efficacement et en toute sécurité ;

  • Il améliore votre cœur, stimule vos fonctions cérébrales et assure la netteté de votre peau ;

  • Il a été démontré que l’EGCG prévient la perte osseuse, la carie dentaire ;

  • Il protège aussi contre tous les types de cancer, y compris contre la leucémie et le mélanome, ce qui en fait un des meilleurs suppléments anti-âges.

Pour lutter contre le vieillissement, il a été démontré que les composés du thé vert stimulent les mitochondries, ou cellules énergétiques, dans votre cerveau, voire dans votre organisme. Ils stimulent la fonction cellulaire et rendent chacune de vos cellules jeunes, ce qui augmente votre durée de vie. Sur le plan hormonal, les composés antiâges du thé vert diminuent la dihydrotestostérone, ou DHT, une forme de testostérone connue pour augmenter avec l’âge chez les hommes et les femmes. Le DHT est responsable de nombreux signes de vieillesse chez les femmes âgées, de la calvitie, des problèmes de prostate, et des poils indésirables sur le visage.

Les avantages potentiels des suppléments anti-âges

Certains suppléments anti-âge favorisent l’AMPK, le NAD+ et les sirtuines ainsi que la régulation de la mTOR dans notre organisme. Ainsi, ils offrent différents avantages :

  • Certains permettent de contrôler la glycémie et de favoriser le recyclage et l’autophagie des cellules naturelles ;

  • Les suppléments à base de plantes antivieillissement ont permis de diminuer l’inflammation et la dégénérescence des articulations, de la peau, des muscles et de la fonction cardiovasculaire ;

  • Ils favorisent la bonne régulation cellulaire contribuant ainsi la santé de nos cellules ;

  • Plusieurs des suppléments, notamment les plus prometteurs, aident à inhiber les effets néfastes engendrés par une grande quantité de sucre dans notre corps ;

  • Certains aident à attaquer et à éliminer en toute sécurité les radicaux libres dans le corps ;

  • Grâce aux suppléments, vous pouvez rétablir l’activité des cellules saines et réduire le risque d’avoir une maladie cardiaque, un cancer, des troubles cognitifs et d’autres maladies graves.

Sources et références

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5514220/

https://www.nature.com/news/sirtuin-protein-linked-to-longevity-in-mammals-1.10074

https://www.intechopen.com/books/resveratrol-adding-life-to-years-not-adding-years-to-life/resveratrol-and-sirt1-activators-for-the-treatment-of-aging-and-age-related-diseases

https://www.semanticscholar.org/paper/Sirtuins-and-Longevity-%3A-Is-RAS-Dispensable-Conti-Cassis/e9c3c0a76d81f5a54109015c1cbbb088e729bd44


Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !

Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !