Maladie de Lyme, comment la différencier des autres pathologies ?

maladie de Lyme01
2 décembre 2020
-

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse qui peut toucher tout le monde. Elle peut toucher divers organes, notamment la peau, le système nerveux et les articulations. Lorsqu’elle n’est pas détectée à temps, cette maladie peut évoluer sur plusieurs mois, voire plusieurs années. Elle peut alors avoir de graves conséquences. Cependant, du fait de ses nombreux symptômes, diagnostiquer la maladie de Lyme peut s’avérer difficile. Dans ce qui suit, vous allez découvrir comment les médecins font pour établir le diagnostic de cette maladie infectieuse. 

Les causes de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est aussi appelée Borréliose de Lyme. Elle est due à une infection bactérienne suite à une piqûre de tiques infectées par une bactérie de la famille des Borrelia. Aux USA, on retrouve les bactéries Borrelia burgdorferi et en Europe, on peut trouver d’autres souches comme B. afzelii, B. spielmanii. Les symptômes peuvent ainsi être différents selon la bactérie responsable de la maladie. 

maladie de Lyme02

Vous l’aurez compris, la maladie ne peut être transmise que par des tiques infectées. Par conséquent, le fait d’être piqué par une tique ne signifie pas obligatoirement que vous serrez atteinte de la maladie de Lyme. Le taux de contamination des tiques varie généralement entre 5 à 35 %. Durant la piqûre, la bactérie passe par la peau pour arriver dans le sang et se propager dans tout l’organisme. Aussi, il faut savoir que plus la tique se fixe sur la peau, plus le risque de transmission de la bactérie est élevé. Au-delà de 24 heures, la transmission est effective si la tique est infectée. Notons cependant que la maladie de Lyme n’est pas contagieuse. 

Ses symptômes

La Borréliose de Lyme se manifeste selon 3 phases bien distinctes après la piqûre de tique : la phase primaire, la phase secondaire et la phase tertiaire. Les symptômes de la maladie de Lyme varient en fonction de la phase et s’accentuent au fur et à mesure qu’elle évolue. 

La phase primaire

Cette phase a lieu dans les 2 à 32 jours après la piqûre de tique infectée. Le principal signe distinctif de cette phase, c’est la lésion au niveau de la peau que l’on appelle communément érythème chronique migrant. Cette lésion se trouve au niveau de la piqûre et se présente sous forme d’un « halo » de couleur rouge qui s’étend de manière centrifuge. Cette rougeur n’implique aucune douleur et peut disparaître de manière spontanée en quelques semaines. Toutefois, elle n’est pas toujours présente. 

Avec cette rougeur, la personne piquée par la tique infectée peut aussi être sujette à une fièvre modérée, à de la fatigue ou encore à des maux de tête et des douleurs musculaires.

La phase secondaire

maladie de Lyme04

Cette seconde phase est caractérisée par la dissémination de la bactérie par voie sanguine. Lorsqu’aucun traitement n’a été effectué, le patient peut avoir affaire à des complications. Celles-ci se manifestent par des atteintes cutanées (érythème migrant, nodules, etc.), articulaires (arthralgies, arthrites, etc.) et nerveuses (céphalées, névralgies, paralysie, etc.). Dans certains cas, des problèmes cardiaques peuvent survenir. La phase secondaire de la maladie a lieu dans les quelques jours suivant la phase primaire. 

La phase tertiaire

Appelée aussi phase tardive, la phase tertiaire de la maladie de Lyme se caractérise par l’évolution chronique des symptômes. Elle ne survient que lorsque la maladie n’a pas été traitée depuis des années. Tous les symptômes s’accentuent. Le patient peut souffrir d’une acrodermite chronique atrophiante ou d’une atrophie cutanée (la peau devient transparente), une arthrite chronique ou encore de divers troubles neurologiques et psychiatriques. 

Comment être sûr de bien diagnostiquer la maladie de Lyme ?

Puisque la maladie de Lyme peut avoir des symptômes cutanés, nerveux et articulaires, les médecins peuvent avoir du mal à la diagnostiquer. Le fait de ne pas remarquer les érythèmes peut fausser le diagnostic. Par ailleurs, si les diverses analyses sont effectuées trop tôt et que le patient a pris des antibiotiques au début de la maladie, les résultats risquent d’être négatifs.

maladie de Lyme03

Pour ne pas confondre la maladie de Lyme avec d’autres pathologies et pour bien poser le diagnostic, il existe certains critères que les médecins doivent retenir et que les patients doivent connaître.

  • Le protocole d’analyses se fait en deux étapes via un test ELISA et un Western Blot. Il peut ne pas détecter la maladie du fait que la sensibilité de ces tests est très faible ;

  • De nombreux faux négatifs peuvent avoir lieu du fait que les souches de Borrelia peuvent se croiser de manière fréquente ;

  • D’autres maladies peuvent être transmises par la même morsure de tique. Tel est le cas de la bartonellose ou encore de la babésiose. Ces dernières peuvent compliquer la présentation clinique et contribuent à l’aggravation des symptômes de la maladie de Lyme. 

  • Enfin, il faut noter que seule la présence d’un érythème migrant constitue la preuve formelle de la Borréliose de Lyme. Elle exonère alors la nécessité de faire diverses autres analyses pour confirmer le diagnostic.

Vous savez maintenant à quoi vous attendre lorsqu’il s’agit de diagnostiquer la maladie de Lyme. Celui-ci peut s’avérer difficile si aucun érythème n’est présent. Quoi qu’il en soit, il est toujours important poser le plus tôt possible le diagnostic.

Références :

https://has-sante.fr/jcms/pprd_2974195/fr/borreliose-de-lyme-comment-diagnostiquer-soigner

http://www.senat.fr/rap/r18-453/r18-453_mono.html


Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !

Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !