Parlons de l’inflammation liée à l’âge et de ses effets délétères sur la santé

l’inflammation

La santé globale est en baisse lorsqu’une personne commence à prendre de l’âge. C’est un processus normal, dans la mesure où l’énergie et les défenses de notre organisme sont déjà plus ou moins diminuées à ce moment. Les fonctions de l’organe ne seront plus assurées normalement. Les inflammations de toutes sortes vont commencer à prendre place. Dans ce cas, on parle d’ailleurs d’une inflammation chronique liée à l’âge.

L’inflammation liée à l’âge en quelques mots

On parle d’inflammation liée à l’âge, ou encore d’inflammation chronique pour décrire l’état inflammatoire qui s’installe peu à peu dans le corps au fil des années, sans qu’on ne s’en rende forcément compte.

Comment fonctionne le processus de l’inflammation liée à l’âge ?

Pour rappel, l’inflammation est une réponse classique de notre organisme pour se défendre. À chaque fois qu’un élément étranger tente de se loger dans nos tissus, l’inflammation se produit. C’est également le cas lorsque le corps se prépare à une réparation, ou qu’elle appelle à une réparation, par exemple après apparition d’une plaie. Lorsque l’inflammation s’installe, d’un autre côté, le corps fournit à l’organisme les éléments indispensables à la réparation des tissus. Ces éléments travaillent davantage sur la zone de réparation visée. Vous l’aurez compris, dans un premier temps, on avance que l’inflammation est un processus indispensable, mais surtout nécessaire.

Cependant, lorsque l’inflammation dure beaucoup trop longtemps, elle va avoir des effets délétères. En principe, l’inflammation ne devrait être que momentanée, le temps que le processus de réparation des tissus s’arrête.

L’inflammation chronique est caractérisée par trois aspects :

  • Elle se développe à bas bruit, c’est-à-dire petit à petit, sans que le patient ne s’aperçoive immédiatement du changement. D’ailleurs, aucun symptôme ne paraît ;

  • Elle prend place dans tout le corps ;

  • Elle est durable et se développe dans le temps (inflammation liée à l’âge).

Quels sont les causes et les facteurs de risque de l’inflammation liée à l’âge ?

Les défenses de l’organisme s’atténuent peu à peu au fur et à mesure que l’âge avance. C’est à cause de cette diminution des défenses que s’installe en principe l’inflammation chronique. À ce moment, la réparation prend encore plus de temps et l’organisme va devenir de moins en moins protégé. Lorsque l’immunité a été à plusieurs reprises stimulée (après 65 — 70 ans de vie), l’inflammation chronique devient incontournable.

Dans tous les cas, on compte trois principales causes de l’inflammation liée de l’âge.

  • Les foyers d’infection chronique, qui sont les principaux foyers où se créent et se développent les inflammations ;

  • L’inflammation intestinale, qui accompagne dans la plupart des cas un intestin microporeux ;

  • L’afflux des toxines internes et des polluants externes que l’organisme doit toujours tenter d’évacuer.

Dans ces trois cas, une mauvaise hygiène de vie est le principal facteur du problème d’inflammation. Les mauvaises habitudes s’installent d’ailleurs au fur et à mesure de l’âge. Lorsque l’énergie baisse, logiquement, la motivation est également réduite.

D’autres causes cependant peuvent être également à l’origine de l’inflammation chronique. Il s’agit notamment de :

  • Une charge glycémique trop élevée dans l’alimentation ;

  • Une surcharge également en graisses saturées et en graisses trans dans l’organisme ;

  • Une surcharge en calories dans l’alimentation au quotidien ;

  • Le stress et l’insomnie ;

  • La réduction des hormones sexuelles.

Le vieillissement en soi est une cause principale de l’inflammation. Les marqueurs biologiques des inflammations sont en effet plus signifiants chez les personnes au-delà de 65 ans :

  • Les fonctions antioxydantes de l’organisme sont aux ralenties, et le corps en même temps a du mal à se détoxifier des éléments étrangers ;

  • Les mitochondries (qui sont les éléments générateurs d’énergie de nos cellules) se font de plus en plus rares, et deviennent plus riches de jour en jour de radicaux libres ;

  • Les toxines et les polluants commencent à s’accumuler plus facilement à l’intérieur de nos tissus.

Dans la pratique, cet ensemble devient un cercle sans issue : le vieillissement optimise l’inflammation et à son tour, l’inflammation accélère le vieillissement.

Les manifestations de l’inflammation liée à l’âge

Les inflammations traduisent un dérèglement au niveau de nos cellules. Malheureusement, à ses débuts, elle ne laisse entendre aucun symptôme. Néanmoins, quelques signaux pourraient vous alerter sur la présence éventuelle d’une inflammation telle que :

  • Des douleurs diffuses au niveau des zones musculaires, articulaires et les tendinites ;

  • Des douleurs digestives, accompagnées d’une sensibilité particulière au niveau du ventre ;

  • Des rougeurs au niveau de la peau et même des muqueuses permanentes chez certains sujets ;

  • La température corporelle élevée à plus de 37 °C en permanence ;

  • Fatigue anormale ;

  • Perte d’équilibre et vertige ;
  • Sensibilité particulière de plusieurs parties du corps.

L’inflammation, à l’origine de nombreuses maladies

Des études récentes ont démontré que l’inflammation chronique serait la mère de presque toutes les maladies. Il faut savoir que la différence principale entre une inflammation aiguë et une inflammation chronique, c’est que cette dernière prend place petit à petit et serait vouée à ne jamais disparaître de l’organisme. Même en absence de symptôme au tout début du problème, les conséquences se forment dans notre corps, jusqu’à produire des effets délétères.

D’après ces mêmes recherches, de nombreuses causes ont été relevées, qui provoqueraient une accentuation des inflammations et aggraver l’état. Même si les tissus et les cellules semblent sourds, l’inflammation attaque et ronge.

Aujourd’hui, les maladies les plus fréquentes sont le diabète, les maladies neurodégénératives et les troubles cardiovasculaires. Le principal coupable serait l’inflammation. Pour rappel, a priori, l’inflammation revêt un rôle protecteur. Cependant, à un certain moment, les principes se renversent. Quand elle est surmenée et trop souvent sollicitée, la machine va donner l’ordre à notre système immunitaire de s’attaquer à toutes les toxines, y compris, celles qui ne sont pas forcément toxiques. Notre défense commence à s’en prendre à nos propres organes. À partir de cet instant, les maladies auto-immunes commencent à faire leur apparition. L’inflammation prend place et consume petit à petit les différents éléments de l’organisme humain. Moins intense, l’inflammation liée à l’âge va avoir des conséquences délétères.

L’inflammation, un mal qui s’attaque également au cerveau

Au-delà du physique, l’inflammation va également porter atteinte au cerveau. En principe, le cerveau, à l’encontre du reste de notre corps, devrait être protégé par la barrière hémato-encéphalique. Mais cette barrière n’est pas infaillible, car les cytokines pro-inflammatoires s’installent également dans le sang et par la circulation sanguine, vont également atteindre facilement le cerveau en passant par la barrière qui en est fragilisée. Le dysfonctionnement cérébral commence à prendre place.

Lorsque la micrologie est activée, le soutien pour les neurones va devenir leur ennemi. On parle de la neuro-inflammation. Cette neuro-inflammation va constituer le nid des lésions de différents types, comme l’Alzheimer, ou les autres troubles psychiatriques. Les neurotransmetteurs sont vite mis KO en présence d’inflammation.

L’inflammation, un cancérigène

Des recherches ont également permis d’établir que l’inflammation chronique pourrait également provoquer treize types de cancers environ :

  • Côlon ;
  •  Rein ;
  • Utérus ;
  •  Sein ;
  •  Œsophage ;
  • Estomac ;
  •  Foie ;
  •  Vésicule biliaire ;
  •  Pancréas ;
  • Thyroïdes ;
  • Méningiome ;
  • Myélomes.

Comment prévenir l’inflammation liée à l’âge ?

Les manifestations, la prise en place et le développement de l’inflammation chronique dénoncent principalement un seul coupable : le mode de vie contemporain que nous pratiquons à l’heure actuelle. Autrefois, une personne pouvait vivre facilement au-delà de 80 ans. Aujourd’hui, les inflammations se produisent dans presque toutes les parties du corps quand une personne commence à monter dans les 60 ans.

1.     Il faut soigner l’hygiène de vie

C’est le principal secret du bien-être : soigner son hygiène de vie. D’abord, il est important de faire régulièrement des exercices physiques. Le sport permet en effet de prévenir l’état inflammatoire et de le réduire s’il est déjà présent dans l’organisme. Le but est de renforcer votre organisme en le gardant actif. Quel que soit l’âge, il est important d’entreprendre des exercices réguliers.

Il est important également de préserver la qualité du sommeil. On entend par qualité du sommeil : la qualité, mais également et surtout la quantité. Seule une personne qui dort suffisamment sera à même de fabriquer les protéines réparatrices, qui sont anti-inflammatoires.

Et enfin, il faut éviter autant que possible le stress. Le stress est également l’une des causes N° 1 de l’inflammation chronique. Raison pour laquelle, nous conseillons de faire des exercices, car en vous occupant, vous évitez de stresser. Par contre, quand on se relaxe, à travers certains exercices, l’inflammation aura tendance à disparaître.

2.     Soigner votre alimentation

Il existe plusieurs nutriments naturels anti-inflammatoires, que nous pouvons et devons associer à notre alimentation au quotidien. Les oméga 3 sont en tête de liste lorsqu’il s’agit de prévenir les inflammations. Il faut les privilégier et laisser tomber les oméga 6. De même, l’oméga 9 constitue également un excellent anti-inflammatoire. On en trouve dans les acides gras monoinsaturées.

Il est conseillé également de privilégier les fibres alimentaires dans notre alimentation. Il faut savoir doser, et éviter les pics de glycémie. Les fibres vont nous aider à réguler le transit intestinal et lorsque le système de digestion fonctionne bien, l’organisme est à l’abri de l’inflammation.

Faut pas non plus oublier les antioxydants. On parle plus particulièrement des anthocyanes, de la quercétine, et de la N-acétyl-cystéine. On en trouve dans les fruits et légumes frais. Nous conseillons de ne pas cuire les légumes ou sinon, de vous limiter à une cuisson à la vapeur.

Et enfin, les épices peuvent également faire office d’anti-inflammatoire. On cite particulièrement le gingembre et le curcuma, le romarin, le basilic et l’ail. Le thé vert ainsi que le cacao seraient également efficaces.

Voici les secrets d’une alimentation saine anti-âge :

  • Éviter le sucre, et préférer les aliments à index glycémique bas ;

  • Privilégier les fibres alimentaires aptes à produire le maximum de microbiotes intestinaux ;

  • Éviter les acides gras trans, et préférer l’oméga 3 et l’oméga 9 ;

  • 5 fruits et légumes par jour (c’est le minimum) ;

  • Assaisonner vos plats avec de bonnes épices.

Comment traiter une inflammation chronique ?

Il n’y a pas de traitement spécifié, puisqu’il s’agit d’un problème principalement lié à l’âge. Ce qu’on fait tout d’abord, c’est de déceler le fond du problème, à l’origine de l’état inflammatoire. Les causes peuvent être diverses comme nous avons pu le constater, mais il s’agit le plus souvent d’un mode de vie mal géré. Lorsque vous aurez mis la main sur le facteur principal, vous pourrez commencer le traitement. Il faut traiter et corriger la cause principale de l’inflammation. En même temps, vous pourrez opérer d’autres traitements qui visent à résorber les inflammations.

Il existe par ailleurs des plantes anti-inflammatoires, utilisées autrefois, mais de nouveau reconnues aujourd’hui également.

  • L’harpagophytum par exemple, est utilisée le plus souvent pour atténuer les douleurs dues au rhumatisme. Proposée sous forme de gélules, vous pouvez en prendre en prendre 2 par jour, à raison d’une gélule de 400 mg chacune. Il s’agit d’un traitement de fond ;

  • Le curcuma est également connu pour ses nombreuses qualités, dont sa vertu anti-inflammatoire également. Il faut par en contre en consommer une grande quantité, et ce, régulièrement. Il est vendu sur le marché sous forme de poudres. C’est un anti-inflammatoire et un antioxydant efficace ;

  • Le thé vert peut également faire l’affaire pour atténuer l’état inflammatoire. Ce puissant antioxydant est utilisé en traitement de fond. En plus, il aiderait par la même occasion à prévenir différents types de cancers.

Pour conclure, même si elle est fréquente, ce n’est pas tout le monde qui sera victime d’une inflammation chronique. La seule solution pour la prévenir est de prendre soin de nous : sport et alimentation, avec des moments de détente réguliers. Si vous avez certains doutes, notamment des symptômes qui laissent entendre la présence d’inflammation dans votre organisme, pratiquez immédiatement un examen biologique pour confirmer. Un traitement intégral est préconisé, traitant de la cause de l’inflammation, mais également de ses manifestations. Nous vous conseillons de toujours rester sur des traitements naturels, qui engendreront le moins d’effets négatifs sur votre organisme plus tard. Les symptômes à l’issue d’un traitement adéquat peuvent disparaître.

Etudes cliniques:


Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !

Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !