Avez-vous déjà entendu parler de la fisétine ou du resvératrol ? Il faut dire que ces deux noms ont fait la une de certains journaux avec leurs effets sur la longévité ainsi que leur valeur nutritionnelle et médicinale. Mais de quoi s’agit-il réellement ?

Ce sont deux molécules qui agissent bénéfiquement sur le corps. Dans cet article, nous mettrons donc en avant le rôle du resvératrol et de la fisétine. Nous parlerons de leurs bienfaits, de leur mécanisme et des avis des chercheurs. D’ailleurs, ces informations pourront servir à activer nos mécanismes anti-vieillissement facilement et à renforcer notre énergie.

Le fonctionnement du resvératrol et de la fisétine

Ces deux molécules fonctionnent différemment dans notre organisme.

Les effets sur la génétique

Le resvératrol agit par de multiples mécanismes. L’une des voies de bioactivité du resvératrol implique l’intervention d’une des molécules génétiques appelée ARN de transfert. Celui-ci se lie normalement aux acides aminés et les amène au site de synthèse de la protéine. Ils seront ensuite incorporés dans la nouvelle protéine synthétisée. Le resvératrol affecte un ARNt spécifique appelé TyRS, qui transporte la tyrosine vers le site de synthèse de la protéine. Cette molécule est donc fortement similaire à la tyrosine sur le plan structurel.

Un autre fonctionnement du resvératrol, il active les enzymes de la famille des sirtuines, notamment l’enzyme SIRT1. Cette protéine n’est activée par le resvératrol et/ou par d’autres composés que si un acide aminé spécifique figure à un endroit précis de la protéine.

Les sirtuines ne parviendront pas à activer l’enzyme si cet acide aminé est remplacé par un autre. De même, lorsque le substrat, ou le produit chimique sur lequel l’enzyme agit, manque d’un acide aminé particulier à un endroit spécifique, les sirtuines ne pourront pas activer la réaction.

La voie régulée par la SIRT1 affecte le métabolisme, la résistance au stress, la survie des cellules, et la sénescence cellulaire. Elle impacte aussi sur la fonction immuno-inflammatoire, sur les fonctions endothéliales et sur les rythmes circadiens. Le resvératrol active la SIRT1. Il aide ainsi en cas de maladies causées par un contrôle métabolique anormal, par l’inflammation ou par les défauts du cycle cellulaire.

Les effets anti-âge

Il contribue également aux traitements anti-âge. Ce groupe particulier d’enzymes semble aussi impliqué majoritairement dans la restriction calorique. Chez la souris, la sirtuine favorise des caractéristiques reliant à la restriction calorique. Elle contribue par exemple à la diminution de l’incidence des maladies liées à l’âge, notamment le diabète, les troubles cardiovasculaires et les maladies neurodégénératives.

Resvératrol et la fisétine

En outre, notre organisme doit toujours être attentif à toutes les protéines et les parois cellulaires qu’il crée, notamment pendant les périodes difficiles. En effet, si l’organisme ne respecte pas ce processus, il n’aura pas l’énergie nécessaire pour générer plus de protéines et de parois cellulaires. Heureusement que les enzymes dites sirtuines semblent régler cela. Par conséquent, si nous pouvons activer ces enzymes, nous pouvons alors profiter de leurs bienfaits sur la restriction calorique.

Par ailleurs, dans certains aliments, il existe une classe de molécules appelées polyphénols, comme la fisétine. Ils existent en grand nombre et sont disponibles dans différentes plantes. Ils sont surtout reconnus pour la protection contre les agressions externes. Notamment contre les rayonnements du soleil, les agents pathogènes ou encore la sécheresse.

Les polyphénols : quels sont leurs effets sur le corps ?

Les polyphénols sont des composés organiques existant en abondance dans les plantes. Au cours des dernières décennies, ils ont suscité de plus en plus d’attention, plus précisément en matière de nutrition. D’ailleurs, plusieurs recherches précisent que la consommation de polyphénols peut jouer un rôle vital pour la santé. En effet, ils régulent le métabolisme, le poids, les maladies chroniques et la prolifération cellulaire.

Néanmoins, leurs effets sur la santé, à court et à long terme, n’ont pas encore été entièrement définis. Pourtant, des études animales, humaines et épidémiologiques montrent que divers polyphénols ont des propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires de ces composés. Cela pourrait avoir des effets préventifs et/ou thérapeutiques sur les maladies cardiovasculaires. Il en va de même pour les troubles neurodégénératifs, le cancer et l’obésité. Ces molécules alimentaires qui activent la sérotonine 1 contribuent aussi à améliorer la durée de vie.

Toutefois, l’évaluation de la biodisponibilité, c’est-à-dire la capacité du corps à absorber les nutriments contenus dans les aliments ou des polyphénols, a suscité notre attention. En effet, beaucoup d’entre eux ont une très faible biodisponibilité.

De plus, tous les polyphénols ne sont pas absorbés de manière similaire. Ils sont largement métabolisés par les enzymes intestinales et hépatiques et par la microflore intestinale. De ce fait, la connaissance de la biodisponibilité et du métabolisme des différents polyphénols est nécessaire pour évaluer leur activité biologique sur les tissus cibles. Il faut aussi savoir que la consommation d’un polyphénol n’implique pas toujours son utilisation par le corps.

En effet, les polyphénols sont dissous par les graisses. Il s’agit donc d’un problème d’absorption par notre intestin. La plupart des polyphénols sont probablement trop hydrophiles pour pénétrer la paroi intestinale. À cet effet, s’ils ne se dissolvent pas dans l’eau. Notre corps aura du mal à les absorber, soit par nos intestins soit dans notre système sanguin. Néanmoins, les polyphénols sont rapidement convertis en d’autres substances qui se transforment en métabolites.

Les avantages procurés par un des polyphénols, « la fisétine »

La consommation de polyphénol promet de bons résultats malgré une faible biodisponibilité. Il joue un rôle important dans le maintien de la santé et du bien-être. Défini comme antioxydant, il aide à protéger les cellules du corps contre les dommages causés par les radicaux libres. Il contrôle ainsi la vitesse du vieillissement.

Parmi les centaines de polyphénols existants, focalisons-nous particulièrement sur la fisétine, aussi connue sous le nom de fisétol. La fisétine est fortement présente dans les fraises, les pommes, les raisins, les oignons, les kiwis et le chou frisé.

Plusieurs antioxydants sont bénéfiques pour la santé. Parmi eux, la fisétine qui a récemment attiré de nombreux adeptes grâce à ses effets bénéfiques contre plusieurs maladies. Ce composé était également considéré comme agent potentiel de prévention contre certains types de cancer. Cependant, in vivo, les études sur ce composé naturel restent encore insuffisantes pour définir son rôle. Il en va de même pour ouvrir la voie à de futurs essais cliniques. Une étude des mécanismes moléculaires associés aux effets anticancéreux de la fisétine est alors nécessaire.

Parmi les autres effets bénéfiques de la fisétine, on peut citer ses propriétés anti-inflammatoires, anti angiogéniques et antiallergiques. Ces recherches sur ce type de polyphénol sont très encourageantes. Cela démontre que cette molécule est indispensable pour notre bien-être général. Toutefois, il convient de préciser qu’il existe des centaines de polyphénols pouvant être prises. La fisétine n’est donc qu’un modèle parmi tant d’autres.

Le resvératrol : l’activateur le plus puissant

Une étude a révélé que le resvératrol figure parmi les activateurs les plus puissants. Des chercheurs ont même évoqué dans un rapport que ce composé active dans la levure un gène de longévité. Cette activation permettra de prolonger la durée de vie de 70 %. Leur recherche a révélé que le resvératrol, même à faible dose, aide les cellules de levure à vivre 60 à 80 % plus longtemps. Une autre étude a aussi comparé directement certains polyphénols. Une étude a montré que, parmi toutes les molécules testées, le resvératrol produit le plus haut niveau de sérotonine à l’activation.

En revenant sur le rôle des polyphénols, ils agissent en activant les sirtuines. Mais il ne faut pas oublier leur biodisponibilité. Rassurez-vous, l’un des faits intéressants concernant ces molécules est qu’ils sont liposolubles. Cela signifie que vous devez les prendre avec les graisses dans votre alimentation afin de les absorber facilement. Un régime alimentaire riche en graisse saine optimisera donc la quantité de polyphénols que votre corps peut absorber.

Pour un meilleur résultat, il faut trouver le polyphénol qui active le mieux ces enzymes. Cette molécule a suscité l’attention quand les chercheurs ont affirmé leur probable fonction cardio-protectrice. C’est un supplément nutritionnel anticancéreux en raison de ses vertus anti-oxydantes et anti-inflammatoires. Le resvératrol régule d’ailleurs différentes phases de la carcinogenèse.

D’après ces études, le resvératrol serait plus capable d’activer ces gènes. Espérons qu’à l’avenir, les futures recherches nous aideront à ne plus nous préoccuper des polyphénols. En attendant, nous pouvons toujours continuer à consommer du resvératrol.

Sources et références :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5883375/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6842927/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6386230/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23376875/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26499075