Troubles digestifs et autres signes non-moteurs de la maladie de Parkinson

Parkinson
15 décembre 2020
-

La maladie de Parkinson est connue comme étant une maladie touchant les personnes âgées. Elle est classée parmi les maladies neurodégénératives les plus fréquentes. Ce problème de santé se démarque par son évolution assez lente au fil des années. Ses symptômes sont également très caractéristiques. On le reconnaît généralement par des tremblements, la rigidité et la lenteur des mouvements. Mais à part ces signes moteurs qui se manifestent surtout lorsque la maladie a pris de l’ampleur, il y a aussi les signes non-moteurs. Découvrez dans ce qui suit les symptômes non-moteurs de la maladie de Parkinson

Mécanisme derrière la maladie de Parkinson

Parkinson02

Avant de mettre la lumière sur les divers symptômes et signes non-moteurs de cette maladie, il convient de faire un bref rappel sur le mécanisme qui se cache derrière elle. En effet, il s’agit d’une maladie neurologique dégénérative. Cette détérioration concerne surtout les neurones dopaminergiques. Ces derniers se trouvent dans la substance noire du cerveau. Ils disparaissent de manière progressive. Or, la dopamine est un neurotransmetteur nécessaire pour contrôler les mouvements du corps, surtout tous les mouvements automatiques. De ce fait, le cerveau est obligé à penser à tous les mouvements effectués par le corps alors qu’ils étaient auparavant réalisés de manière automatique.

Outre cela, la dopamine est aussi impliquée dans la motivation. Ce qui conduit les personnes atteintes de la maladie de Parkinson à se désintéresser de tout et à ressentir de l’apathie. 

Même si cette maladie trouve son origine dans la détérioration et la disparition des neurones dopaminergiques, ses symptômes peuvent varier d’une personne à une autre. Ce qui en fait une maladie très complexe. Il convient aussi de noter que jusqu’à présent, aucun traitement ne permet de guérir complètement la maladie de Parkinson. Les traitements qui existent actuellement visent à ralentir l’altération des neurones et à compenser le manque de dopamine. 

Les troubles digestifs dus à cette maladie

Parmi les signes non-moteurs les plus fréquents de cette maladie, on retrouve les troubles digestifs. Environ 80 % des patients atteints de cette maladie en souffrent. En effet, comme cette maladie ralentit la motricité dans tout l’organisme, elle affecte aussi la motricité digestive. 

Parkinson03

L’atteinte du système digestif se manifeste généralement par l’hypersalivation. Ce trouble ne provient pas d’un excès de production de salive comme beaucoup de gens peuvent le penser. En fait, il est lié à la perte du mouvement automatique de déglutition. Il convient de noter cependant que l’hypersalivation est à distinguer des troubles de la déglutition qui peuvent survenir lorsque la maladie prend de l’ampleur au fil du temps. 

A part cela, le patient peut aussi souffrir de constipations fréquentes. Celles-ci s’expliquent par l’atteinte de la motilité intestinale. Le patient peut prendre des régulateurs pour régler ce problème au quotidien. Toutefois, l’adoption d’une bonne hygiène de vie peut aussi être d’une très grande aide. Pour cela, le patient peut faire de la marche au quotidien, s’hydrater correctement et opter pour un régime alimentaire riche en fibres. 

Les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer souffrent aussi, assez fréquemment, de troubles gastriques. Généralement, il s’agit de douleurs gastriques ou de ballonnements. 

Les autres signes non-moteurs de la maladie de Parkinson 

D’autres signes ne concernant pas les mouvements sont aussi très fréquents lorsqu’il s’agit de la maladie de Parkinson. Découvrez ci-après quelques exemples. Cela peut vous aider à savoir à quoi vous attendre si un de vos proches a été diagnostiqué souffrant de cette maladie neurodégénérative. 

Les troubles urinaires

L’atteinte des neurones dopaminergiques entraîne certaines modifications par rapport au fonctionnement de la vessie. Raison pour laquelle, le patient atteint de cette maladie ressent des besoins plus fréquents d’uriner. Parfois, les envies sont tellement pressentes qu’elles peuvent entraîner des fuites. Ce trouble peut devenir handicapant à la longue. Quoi qu’il en soit, des solutions existent pour réduire ses effets sur la qualité de vie et le ressenti du patient. Pour cela, il est important de faire appel à un urologue. En effet, pour atténuer les symptômes et les effets de la maladie de Parkinson, avoir recours à une équipe pluridisciplinaire est nécessaire. 

Les douleurs

Parkinson04

Ces douleurs sont directement liées à la maladie de Parkinson. En fait, elles sont relatives aux fluctuations motrices entraînées par la prise de médicament. En cas de dépression sévère, le patient peut ressentir de plus en plus de douleur du côté le plus akinétique. Lorsque ces symptômes surviennent, il est nécessaire d’en parler avec le neurologue qui prend en charge le patient. Dans certains cas, ces douleurs peuvent devenir chroniques. 

La fatigue

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ressentent également très souvent de la fatigue. Celle-ci s’installe sans que le patient n’ait fait aucune activité. Le patient doit alors faire des repos forcés. Ce qui est handicapant en termes de relations sociales et de vie professionnelle. D’ailleurs, les personnes malades ressentent aussi une fatigabilité intense qui fait qu’elles se fatiguent très rapidement et de manière durable. A part ces quelques signes non-moteurs cités ci-dessus, la maladie de Parkinson peut aussi être à l’origine d’un trouble de sommeil très important. Tel est aussi le cas pour la somnolence diurne ainsi que certains troubles de la sexualité. Pour traiter tous ces symptômes, le malade doit être suivi par plusieurs spécialistes.


Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !

Recevez tous nos astuces pour rester en bonne santé !